Les Français majoritairement opposés au regroupement familial et au droit du sol, selon un sondage

Les Français majoritairement opposés au regroupement familial et au droit du sol, selon un sondage© Thomas COEX Source: AFP
219 migrants sont évacués par la police après avoir passé la nuit devant l'hôtel de ville de Paris, le 1er septembre 2020 (image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Volonté de passer à une immigration choisie, instauration du droit du sang, suppression du regroupement familial... dans un sondage réalisé par l'IFOP, les personnes interrogées s'avèrent très critiques envers la politique migratoire de la France.

Le 16 novembre, l'Ifop a publié les résultats d'un sondage réalisé en partenariat avec Le Figaro pour un numéro de sa série «Enquêtes» consacré à l'immigration. Ce sondage met en avant un rejet de la politique migratoire française très majoritaire dans la population de l'Hexagone. 

Ce sondage a été mené les 22 et 23 janvier 2020 auprès d’un échantillon de 1 008 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Il ressort d'une première série de quatre questions que 78% des personnes interrogées considèrent que qu'il faut passer d’une immigration subie à une immigration choisie, tandis que 64% considèrent qu'on en fait plus pour les immigrés que pour les Français ; seulement 37% estiment que l’immigration est une chance pour la France et 32% jugent que les pouvoirs publics luttent efficacement contre l’immigration clandestine. Ces chiffres sont en hausse par rapport au dernier sondage de juin 2018, à l'exception de la deuxième question. 

Par ailleurs, 58% des personnes interrogées se disent en faveur de l'instauration du droit du sang à la place du droit du sol. Elles étaient 59% lors d'un sondage Ifop réalisé en août 2016. Le droit du sol consiste en l’acquisition automatique de la nationalité française pour les enfants nés en France de parents étrangers.

55% des sondés se disent également favorables à la suppression du regroupement familial, un chiffre inférieur de 5 points à ce qu'il était en 2016. Le regroupement familial permet depuis 1976 à un étranger non européen titulaire d'une carte de séjour de faire venir en France son conjoint et ses enfants sous condition de ressources et de logement.

Ces résultats s'inscrivent dans une tendance de long terme : le 13 septembre 2019, un sondage Ipsos révélait que 60% des Français voyaient «les migrants comme une menace» et que 65 % pensaient «qu’accueillir les migrants n’améliorera pas la situation du pays». De plus, 45% des habitants de l’Hexagone estimaient alors que «l’arrivée de migrants prive les Français de services sociaux». Huit mois après l'élection présidentielle de 2017, un sondage réalisé par l'Ifop pour L'Express révélait que 64% des Français jugeaient le rythme de l'immigration «trop élevé».

Une tendance qui semble être commune à l'ensemble du continent puisque l'enquête de l'Eurobaromètre standard de l'automne 2018 – une étude commandée et coordonnée par la Commission européenne – indiquait que l'immigration restait la principale préoccupation des Européens avec 40 % des mentions, loin devant le terrorisme.

 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»