«Nous ne renoncerons à aucun droit» : le CFCM très critiqué après ses propos sur les caricatures

«Nous ne renoncerons à aucun droit» : le CFCM très critiqué après ses propos sur les caricatures© Kenzo TRIBOUILLARD Source: AFP
L'entrée de la mosquée de France (image d'illustration).

De nombreuses personnalités politiques et publiques ont critiqué la position du Conseil français du culte musulman (CFCM), qui a jugé que la liberté de caricaturer n’était pas un droit «absolu» sur le terrain de la foi.

Alors que certains pays musulmans multiplient les critiques contre la France, reprochant à Emmanuel Macron de défendre les caricatures du prophète de l'islam, la prise de position du Conseil français du culte musulman (CFCM) sur le sujet a suscité la polémique.

Le 27 octobre, le président du CFCM, Mohammed Moussaoui, a en effet déclaré sur Twitter que «la liberté de caricaturer comme les autres libertés [n'était] pas absolue». «Elle doit être encadrée et proportionnée aux impératifs de l’ordre public et le devoir de fraternité», a-t-il fait valoir.

Une position que Mohammed Moussaoui avait déjà défendue un peu plus tôt, dans une interview sur RMC : «Il faut savoir renoncer à certains droits pour que la fraternité puisse s'exprimer dans notre pays.» Selon lui, les propos du président de la République, qui avait défendu le droit à la caricature, ont été «déformés» et «instrumentalisés».

Levée de boucliers

La sortie du CFCM a déclenché une avalanche de réaction sur les réseaux, notamment de dirigeants politiques – principalement de droite – mais aussi de personnalités publiques. Le député européen proche du Rassemblement national, Gilbert Collard a ainsi dénoncé sur Twitter la sortie du «président du prétendu modéré Conseil Français du Culte Musulman», appelant à renoncer au CFCM plutôt qu'à certains droits.

«Le vivre ensemble façon président du CFCM c’est entraver notre liberté» s'est insurgée la sénatrice Les républicains des Bouches-du-Rhône, Valérie Boyer.

«Le président du très institutionnel CFCM Moussaoui réclame l’autocensure (sous peine de décapitation ?)», questionne quant à lui le membre du Rassemblement national, Damien Rieu.

Guillaume Bigot, politologue et chroniqueur à Sud radio et Cnews a moqué une «taqya [qui] n’a pas duré très longtemps !».

«Non l’islamiste, nous ne renoncerons à aucun droit parce que vous nous tuez pour nous en priver», s'est insurgée l'écrivain et militante pour la laïcité, Zineb El Rhazoui.

Le président du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, Julien Odoul, a appelé l'Etat à ne «pas laisser passer ces propos scandaleux qui contestent l’identité, les valeurs et la culture de notre pays».

Le discours d'Emmanuel Macron en hommage à Samuel Paty a suscité un flot de critiques dans le monde musulman, de la part de dirigeants politiques et religieux, d'élus mais aussi de simples citoyens sur les réseaux sociaux, provoquant de nombreuses manifestations mais aussi des appels au boycott des produits français.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»