Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : un hommage national sera rendu au professeur assassiné

Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : un hommage national sera rendu au professeur assassiné© CHARLES PLATIAU Source: Reuters
en continu
Emmanuel Macron s'est rendu à Conflans-Sainte-Honorine, le 16 octobre 2020.

L'Elysée a annoncé qu'un hommage national serait rendu au professeur de collège décapité dans les Yvelines après avoir montré des caricatures de Mahomet à sa classe. Une attaque qualifiée d'«attentat terroriste islamiste» par Emmanuel Macron.

Mise à jour automatique
  • Une onzième personne a été placée en garde à vue le 18 octobre au matin dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Cette personne est issue de l'entourage de l'assaillant, Abdoullakh Anzorov, un Russe tchétchène de 18 ans qui a été abattu par les policiers, précise l'AFP citant une source judiciaire.

  • L'hommage national à Samuel Paty, l'enseignant décapité dans les Yvelines par un jeune homme tchétchène, se tiendra le  21 octobre, a fait savoir l'Elysée.

    Cet hommage, dont le lieu n'a pas encore été annoncé, est organisé en coordination avec la famille. 

    Dimanche, plusieurs rassemblements doivent se tenir dans de nombreuses villes de France, dont l'un à Paris place de la République, à l'appel de syndicats enseignants et d'associations.

  • Un militant islamiste très actif, Abdelhakim Sefrioui, fait partie des neuf personnes en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur la décapitation d'un professeur d'histoire dans les Yvelines, rapporte AFP citant une source proche du dossier.

    Interpellé samedi à Evry avec sa compagne, Abdelhakim Sefrioui avait accompagné début octobre au collège du Bois d'Aulne de Conflans-Saint-Honorine, le père d'une élève pour demander le renvoi de la victime, qui avait montré des caricatures du prophète Mahomet à ses élèves.

    Se présentant comme «membre du Conseil des imans de France, Abdelhakim Sefrioui», avait diffusé il y a quelques jours sur Youtube une vidéo dans laquelle il dénonçait le professeur. 

    Il s'est fait connaître plus particulièrement en 2010. A la tête du collectif Cheikh Yassine (du nom du fondateur du Hamas, tué par l'armée israélienne en 2004), il organise durant des mois des manifestations devant la mosquée de Drancy, où officie Hassen Chalghoumi, l'imam de cette mosquée.

    En juillet 2014, il avait participé à Paris à des manifestations pro-Gaza, en scandant des slogans à la gloire du Hamas et du Jihad islamique.

    En 2004, il menait des actions dans la rue Jean-Pierre Timbaud , réputée pour être un bastion de l'islam rigoriste, en faveur de la liberté des femmes de porter le voile.

  • Des centaines de personnes se sont rendues ce samedi 17 octobre à Conflans-Saint-Honorine pour rendre hommage à l'enseignant Samuel Paty.

  • Jean Michel Blanquer a tenu une conférence de presse à la mi-journée.

  • Dans une vidéo diffusée sur Twitter, le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a assuré être aux côtés des enseignants afin de les «protéger», après l'attentat qui a coûté la vie à Samuel Paty, professeur au collège à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines).

    «Je serai, et notre pays sera à vos côtés pour vous protéger, vous permettre de faire votre métier qui est le métier le plus essentiel, transmettre à nos enfants les savoirs et les valeurs qui sont notre bien commun», a-t-il fait valoir, ajoutant que cette «attaque contre la République» était un acte «ignoble» et «lâche».

  • S’adressant à l’AFP, l’Elysée a annoncé le 17 octobre 2020 qu’un hommage national sera rendu à Samuel Paty, le professeur assassiné le 16 octobre à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). L’hommage, dont la date n’a pas encore été fixée, sera organisé en coordination avec la famille, selon l’Elysée. «D'autres expressions et annonces sont prévues après les réunions du week-end», ont encore fait savoir les services de la présidence de la République.

  • Neuf personnes, dont au moins un mineur, ont été placées en garde à vue dans la nuit du 16 au 17 octobre 2020, d'après une source judiciaire citée par l'AFP. Ils sont issus de l'entourage de l'assaillant présumé, abattu par la police. Figurent également parmi elles deux parents d'élève du collège où travaillait la victime, selon la même source.

  • «On est vraiment dans une situation de guerre», affirme Wallerand de Saint-Just, trésorier du Rassemblement national et président du groupe RN en Ile-de-France, tout en réclamant la peine de mort pour les terroristes islamistes.

Découvrir plus

«Un de nos concitoyens a été assassiné aujourd’hui parce qu'il enseignait», a dit Emmanuel Macron ce 16 octobre à Conflans-Sainte-Honorine, où un enseignant de collège a été décapité en pleine rue. Il avait, dans un cours sur la liberté d'expression, montré à ses élèves une caricature de Mahomet, prophète de l'islam. L'assaillant présumé a été abattu par les forces de l'ordre dans la commune voisine d'Eragny-sur-Oise.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»