Val d'Oise : l'imam poursuivi pour apologie du terrorisme enseignait le Coran aux enfants

Val d'Oise :  l'imam poursuivi pour apologie du terrorisme enseignait le Coran aux enfants© MAHMUD HAMS Source: AFP
De jeunes étudiants apprennent le Coran à Gaza (territoires palestiniens), 20 juin 2020 (image d'illustration).

Un imam pakistanais a été placé en détention préventive en attente de son procès pour apologie du terrorisme sur Internet. Il vivait et officiait dans une mosquée à Villiers-le-Bel. Selon les informations du Parisien, il enseignait le Coran.

Luqman Heider, imam pakistanais de 33 ans, a déjà fait l'objet de trois obligations de quitter le territoire (OQTF) selon les informations du Parisien, dont la troisième derrière les barreaux en détention préventive : il sera jugé le 12 novembre au tribunal de Pontoise pour «apologie publique d'un acte de terrorisme».

En l'espèce, l'imam qui officiait et était logé dans la mosquée Quba à Villiers-le-Bel (Val d'Oise), a tenu des propos sur le réseau social TikTok qui ne sont pas passés inaperçus et pour lesquels il est poursuivi. Dans la première, en date du 9 septembre, le Pakistanais aborde la question des caricatures de Mahomet publiées par Charlie Hebdo et il explique notamment : «Les fidèles musulmans sont prêts à se sacrifier pour le prophète.»

Un jour plus tard, l'imam met en ligne un autre vidéo dans laquelle il parle «d'attaquer les non-musulmans, les mécréants [et de] les envoyer aux enfers.»

Puis, après l'attaque terroriste islamiste à la feuille de boucher commise devant les anciens locaux du journal, qui a fait deux blessés, Luqman Heider a rendu hommage à l'assaillant, également compatriote de l'imam : «Depuis, ce brave est connu au Pakistan et dans tous les réseaux sociaux. Il est connu partout en Europe. Ce statut c'est grâce au prophète.»

«Aucun contrôle» des conditions d'admission, selon l'avocat de l'imam

Selon Le Parisien, au cours de l'audience préliminaire au tribunal correctionnel de Pontoise, le 5 octobre, des éléments étonnants de l'enquête ont été révélés : il s'avère que si l'accusé ne prêchait pas à la mosquée, il dirigeait la prière occasionnellement, mais surtout, il enseignait le Coran à des enfants de 6 à 11 ans les samedis et les dimanches. Le quotidien francilien cite à cet égard le procureur : «On ne sait absolument pas ce que recouvraient ces cours.»

Les conditions dans lesquelles il a été admis à la mosquée me laissent pantois. Il n'y a eu aucun contrôle

Le Pakistanais serait arrivé en France en 2015 et était assisté d'un interprète lors de l'audience, admettant sa «méconnaissance du français.» Si l'accusé est reconnu coupable, le délit pour lequel il est poursuivi est passible d'une peine d'emprisonnement de cinq ans.

Cité par le journal francilien, l'avocat de l'imam a lui-même admis : «Les conditions dans lesquelles il a été admis à la mosquée me laissent pantois. Il n'y a eu aucun contrôle.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»