Le nouveau maire de Goussainville est-il fiché S pour «islamisme radical» ?

Le nouveau maire de Goussainville est-il fiché S pour «islamisme radical» ?© Capture d'écran Google Street View
L'Hôtel de Ville de Goussainville (image d'illustration).

En septembre dernier, L'Express rapportait que le candidat aux municipales Abdelaziz Hamida avait éveillé l'attention des renseignements «en raison de ses activités prosélytes» et de son «entourage». Le désormais édile de Goussainville dément.

Candidat sans étiquette, Abdelaziz Hamida a remporté le second tour des élections municipales dans la commune de Goussainville (Val-d'Oise), le 28 juin, avec 38,58% des suffrages.

Le nouveau maire, quadragénaire originaire de cette même ville et titulaire d'un master en droit des collectivités territoriales et locales à l'université de Paris VIII, appartenait au conseil municipal de Goussainville. En amont des élections de 2020, il déclarait «agir en homme libre, en élu de terrain en phase avec les réalités du territoire et avec [s]es convictions chevillées au corps», selon un article publié le 25 septembre 2019 par l'hebdomadaire L'Express.

Or, ce même article, qui a réémergé sur les réseaux sociaux à l'occasion du second tour des municipales, rapportait que «l'homme a[vait] fait l'objet d'une fiche S, pour islamisme radical». L'Express affirmait, en septembre dernier donc : «De source policière, il [était] réputé proche du mouvement fondamentaliste Tabligh, une organisation dont le nom a[vait] été cité dans le dossier judiciaire de la filière djihadiste de Lunel, responsable du départ de plusieurs jeunes français pour la Syrie et l'Irak dans les années 2014-2015».

Et l'hebdomadaire de poursuivre : «[Abdelaziz] Hamida avait éveillé l'attention des services de renseignement en raison de ses activités prosélytes et pour compter dans son entourage plusieurs personnes fichées pour radicalisme. Parmi elles, un individu s'était particulièrement fait remarquer en observant deux jours de jeûne au moment de la mort de Mohammed Merah, le terroriste ayant perpétré les tueries de Toulouse et de Montauban en 2012.»

Néanmoins, selon la chaîne de télévision d'information locale ViàGrandParis (anciennement Télif, acronyme de la Télévision Ile-de-France), le nouveau maire de Goussainville dément être fiché S et balaye les accusations de communautarisme. Selon ce média, une plainte pour diffamation a été déposée contre l'hebdomadaire L'Express et «un jugement devrait être rendu en septembre». 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»