Covid : Paris et sa banlieue pourraient être placés en «alerte maximale» dès lundi, prévient Véran

- Avec AFP

Covid : Paris et sa banlieue pourraient être placés en «alerte maximale» dès lundi, prévient Véran© Charles Platiau Source: Reuters
Des passants portent le masque à Paris, le 3 septembre 2020.

Paris et les départements de la petite couronne pourraient passer en zone d'alerte maximale pour l'épidémie de Covid-19 dès lundi 5 octobre si la progression de l'épidémie s'y confirme, a déclaré le ministre de la Santé, Olivier Véran.

La capitale française et sa proche banlieue ont «franchi les trois seuils qui peuvent correspondre à la zone d'alerte maximale», a affirmé le ministre de la Santé, Olivier Véran lors d'un point presse en fin d'après-midi du 1er octobre, en précisant que ces seuils avaient été franchis «depuis quelques heures». 

«Si ça devait se confirmer, nous n'aurions pas d'autre choix que de placer Paris et la petite couronne en alerte maximale et ce dès lundi [5 octobre]», a ajouté le membre du gouvernement, en indiquant que les autorités réexamineraient les données dimanche.

«[Un tel classement] supposera que les habitants de Paris et de la petite couronne réduisent temporairement leurs interactions sociales de manière drastique, en tout cas plus importante que ce qu'ils font déjà : plus de fêtes de famille, plus de soirées, fermeture totale des bars», a-t-il rappelé.

Le ministre a également relevé une «dégradation» de la situation dans «cinq métropoles, Lille, Lyon, Grenoble, Toulouse et Saint-Etienne», où «l'évolution des derniers jours reste très préoccupante». «Si les mesures [de restrictions déjà prises] ne produisent pas suffisamment d'effet, nous pourrions être conduits à les placer en zone d'alerte maximale la semaine prochaine», a-t-il prévenu mais, selon lui, il «n'y a pas lieu, à date, de basculer ces métropoles en zone d'alerte maximale».

Olivier Véran a en revanche évoqué un début d'amélioration dans certaines villes, où l'«on commence à constater un frémissement, un début d'embellie sur le plan sanitaire, certes timide». Il a cité «Bordeaux, Nice et même Marseille, même si, je le dis tout de suite, les niveaux de circulation du virus y restent très élevés, trop élevés, et que les risques sanitaires et de surcharge hospitalière sont encore bien trop importants». «C'est un encouragement à poursuivre, c'est un encouragement à tenir», a-t-il estimé.

La décision du gouvernement de placer la semaine dernière Marseille et la Guadeloupe en zone d'alerte maximale, avec de sérieuses restrictions, dont la fermeture totale des restaurants et bars, a créé un fort mécontentement local.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»