Un artiste invite les internautes à identifier des milliers de policiers et gendarmes

Un artiste invite les internautes à identifier des milliers de policiers et gendarmes© Charles Platiau Source: Reuters
Des CRS français aident un collègue blessé lors de la manifestation des pompiers à Paris le 28 janvier 2020 (image d'illustration).

Pour dénoncer ce qu'il considère comme les abus de la reconnaissance faciale, un artiste a créé une plateforme en ligne permettant aux internautes d'identifier des agents de forces de l'ordre. Gérald Darmanin a demandé le retrait des photos du site.

Entendant s'attaquer aux «abus potentiels de la reconnaissance faciale et de l'intelligence artificielle [tout] en remettant en question l'asymétrie du pouvoir en jeu», l'Italien Paolo Cirio a rendu publique le 1er octobre une plateforme en ligne intitulée «Capture-police», où il a compilé plusieurs milliers de clichés montrant les visages de policiers et de gendarmes. 

Les citoyens sont surveillés alors que la police n'est pas tenue responsable de ses actes et a la possibilité d'agir cachée

«J'ai réuni les photos de mille policiers prises lors de manifestations en France puis je les ai traitées avec un logiciel de reconnaissance faciale afin d'établir le profil de 4 000 policiers qui sont à présent identifiables par leur nom», explique l'activiste italien dans une présentation filmée de son travail. Dans ce clip vidéo, Paolo Cirio met par ailleurs en avant la campagne d'affichage de ces portraits qu'il a réalisée dans les rues parisiennes. «Les citoyens sont surveillés alors que la police n'est pas tenue responsable de ses actes et a la possibilité d'agir cachée», estime encore l'auteur de cette démarche.

Sur la plateforme, les internautes connaissant les noms des visages répertoriés, sont ainsi encouragés à légender les portraits en question. «Toutes les photos ont été prises dans l'espace public, soit trouvées sur internet, soit acquises auprès de la presse. L'identification des agents qui en résulte sera rendue publique une fois qu'elles auront été vérifiées», précise le site.

Contexte explosif

L'initiative de l'artiste italien intervient dans un contexte pour le moins brûlant. Quelques semaines plus tôt, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonçait en effet sa volonté de proposer l'anonymisation des fonctionnaires de police et des gendarmes, en floutant leur visage dans les médias et sur les réseaux sociaux, dans le cadre d'un projet de loi à venir.

Les policiers ne sont pas que des numéros de matricule, ce sont des hommes et des femmes, dont les enfants taisent de plus en plus la profession de leurs parents pour éviter des représailles à l'école

Contacté par RT France, Thierry Clair, secrétaire général adjoint de l'UNSA Police, a pour sa part jugé l'initiative de Paolo Cirio «irresponsable et inacceptable», regrettant que le policiers s'y retrouvent «dans le rôle de lampistes». «Cela fait sûrement très bien, pour l'artiste en question, de montrer la police et ça lui fait probablement un bon coup de pub, mais les policiers ne sont pas que des numéros de matricule, ce sont des hommes et des femmes, dont les enfants taisent de plus en plus la profession de leurs parents pour éviter des représailles à l'école», dénonce le policier militant qui ne cache pas son amertume vis-à-vis d'une démarche à ses yeux stigmatisante. 

«Si quelqu'un est mécontent d'avoir pris un procès verbal et reconnaît son voisin sur une affiche, il se passe quoi ? Il est invité à aller lui casser sa boîte aux lettres, par exemple ?», s'interroge Thierry Clair qui souligne l'existence réelle d'une menace pour les policiers : «C'est justement pour cela que l'UNSA Police avait demandé le floutage des visages des policiers dans les médias. Ce à quoi le ministre s'est engagé, à l'occasion de notre congrès en septembre, à contribuer au niveau législatif», explique encore le syndicaliste.

Darmanin demande le retrait des photos du site

La réponse du ministre de l'Intérieur ne s'est pas faite attendre. «Je demande [...] le retrait des photos de son site sous peine de saisir les juridictions compétentes», a tweeté, dans l'après-midi du 1er octobre, Gérald Darmanin. Il demande également le retrait des clichés visibles dans les rues de Paris. 

Le membre du gouvernement a dénoncé, en effet, une «insupportable mise au pilori de femmes et d’hommes qui risquent leur vie pour nous protéger».

Fabien Rives & Antoine Boitel

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»