Caméras-piétons : Darmanin fait un nouveau geste en direction des syndicats de police

Caméras-piétons : Darmanin fait un nouveau geste en direction des syndicats de police© Brendan McDermid Source: Reuters
Le vice-président d'Axon tient dans sa main la caméra développée par le groupe autrefois connu sous le nom de Taser International, New York, 5 avril 2017 (image d'illustration).

Après avoir promis aux policiers qu'il porterait leur demande d'anonymisation dans les contenus vidéo sur les réseaux sociaux et dans les médias, Gérald Darmanin confirme que la généralisation des caméras-piétons va se poursuivre.

Il s'agissait d'une demande ancienne des corps intermédiaires de la police nationale, notamment portée par l'Unsa-Police à l'apogée de la fronde contre Christophe Castaner, lors d'un rassemblement sur la place Beauvau le 11 juin 2020 : la caméra-piéton va devenir la norme pour les policiers et gendarmes d'ici juillet 2021, selon une déclaration de Gérald Darmanin au micro de LCI ce 14 septembre.

Interrogé par RT France à l'occasion de cette marche des syndicats de police vers le ministère de l'Intérieur, l'ancien secrétaire général de l'Unsa-Police, Philippe Capon avait déclaré au sujet de la caméra-piéton dont étaient dotés ses collègues : «L’administration nous a dotés de matériel de merde, je le dis. Les policiers aiment leur travail. On n'est pas soutenus. Il faut que le président de la République prenne toute la mesure de la colère des policiers.»

C'est précisément à cette demande qu'a répondu l'actuel ministre de l'Intérieur, à savoir remplacer un matériel inopérant, ainsi qu'il l'a expliqué sur LCI : «Le problème des caméras-piétons est qu'aujourd'hui elles ont une charge limitée. Une patrouille dure huit heures, une charge entre deux et quatre heures, donc vous comprenez bien qu'elles ne peuvent pas se mettre en marche dès le début. Pour l'instant la consigne est de mettre en marche la caméra quand on est en intervention».

«Mon travail à moi est de trouver de nouvelles caméras qui durent le temps des patrouilles. C'est du bons sens. Nous sommes en train de les acheter, tout sera généralisé pour le 1er juillet 2021», a-t-il précisé.

De source policière, les modèles de caméras proposés par l'entreprise Axon, qui commercialise également le célèbre pistolet à impulsion électrique Taser, pourrait bien décrocher ce marché des caméras piétons... à condition de remporter un appel d'offres en bonne et due forme.

Dès le mois de juin, un formateur de la police expliquait à RT France que les fonctionnaires avaient déjà en tête le matériel qui leur convenait : «On voudrait avoir la même chose qu'en police municipale, c'est-à-dire un package complet et que le Taser soit couplé à la caméra-piéton vendue par le même fournisseur. Nous avons déjà eu des problèmes de comptabilité informatique par le passé, des logiciels qui ne fonctionnaient pas ensemble, par exemple. La caméra-piéton couplée au Taser filme tout en permanence, mais elle ne va enregistrer que le moment où un Taser va être enclenché et les deux minutes précédentes vont être enregistrées également. Le système en Bluetooth peut aussi permettre que l'enregistrement de toutes les caméras des collègues s'enclenche en même temps, et là on a une vision 360° de l'intervention.»

Lors du congrès de l'Unsa-Police tenu à Paris le 10 septembre, auquel RT était présent, un petit stand du fabricant Axon était d'ailleurs en place dans le hall d'accueil de l'hôtel qui hébergeait l'événement. Le nouveau secrétaire général du syndicat, Olivier Varlet, n'avait pas manqué de souligner à la tribune, devant ses adhérents, que le ministre avait passé du temps sur le stand avant de venir les rejoindre.

«Rétablir la confiance», mais également protéger les fonctionnaires

Le 14 juillet, Emmanuel Macron avait annoncé sa volonté de généraliser les caméras-piétons «avant la fin du quinquennat», afin de permettre de «retracer la vérité des faits qui permettent de protéger, de rétablir [la] confiance.»

Concernant les fonctionnaires qui n'utiliseraient pas la caméra-piéton et les éventuelles sanctions qu'ils pourraient encourir, Gérald Darmanin a répondu qu'il faisait «confiance aux policiers et aux gendarmes» et rappelé une statistique souvent oubliée en France : «La caméra est là pour les protéger. [Ce sont] les plus sanctionnés de tous les fonctionnaires. C'est une grande police, une grande gendarmerie, il faut leur faire confiance. Ce sont souvent des gens qui se sont engagés pour l'amour du drapeau et la protection des plus faibles, le police bashing commence vraiment à agacer, je crois, les Français.»

Ce sont souvent des gens qui se sont engagés pour l'amour du drapeau et la protection des plus faibles, le police bashing commence vraiment à agacer, je crois, les Français

Concernant la bataille des images, Gérald Darmanin s'est également engagé le 10 septembre à soutenir au Parlement une autre demande syndicale récurrente : obliger les médias et les réseaux sociaux à flouter les visages des policiers et des gendarmes identifiables sur les contenus vidéos lors de leurs interventions.

Les engagements du ministre répondent globalement à des attentes anciennes des policiers, qui avaient manifesté leur colère en juin dernier, peu avant la sortie de Christophe Castaner de la place Beauvau... Reste désormais à savoir si les annonces de son successeur seront suivies d’actes.

Antoine Boitel

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»