Hidalgo inaugure le jardin «Solitude», qui accueillera la première statue d'une femme noire à Paris

Hidalgo inaugure le jardin «Solitude», qui accueillera la première statue d'une femme noire à Paris© Bertrand Guay Source: AFP
La maire de Paris, Anne Hidalgo, aux côtés de Jean-Marc Ayrault, président de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage, le 26 septembre 2020 à Paris.

Anne Hidalgo a inauguré dans le XVIIe arrondissement un jardin portant le nom de Solitude, une femme ayant combattu la réintroduction de l'esclavage en Guadeloupe en 1802. Sa statue sera la première représentant une femme noire à Paris.

Ce 26 septembre, Anne Hidalgo a inauguré dans le XVIIe arrondissement de Paris un jardin qui porte désormais le nom de Solitude, une Guadeloupéenne qui a résisté à la réintroduction de l'esclavage sur l'île en 1802. «Paris honore Solitude, figure guadeloupéenne de la résistance à l’esclavage, en lui dédiant un jardin dans Paris 17e. Bientôt, une statue de cette héroïne, la toute première représentant une femme noire à Paris, y sera installée. Un symbole fort pour ne jamais oublier son combat», a écrit la maire de Paris sur Twitter.

C'est «un moment important, parce qu’il inscrit le nom d’une femme qui, par son courage et son engagement pour la justice et la dignité, a ouvert avec d’autres la voie vers une abolition définitive de l’esclavage en France», a poursuivi la maire socialiste, aux côtés notamment de l'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault, président de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage. La première édile a ajouté que ce choix n'était «qu’un début, un chemin qui s’ouvre».

«C’est un moment très solennel […] Solitude, c’est cette femme qui naît en esclavage […] et qui s’est battue pour les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité, contre le rétablissement de l’esclavage en Guadeloupe, et qui va le payer de sa vie mais qui ira jusqu'au bout de son combat. C’est une héroïne, c’est une grande femme», s’est de son côté réjoui Jacques Martial, président du Centre caribéen d'expressions et de mémoire de la Traite et de l'Esclavage. 

Alexandra Cordebard, la maire du Xe arrondissement de la capitale, avait elle commenté : «Anne Hidalgo inaugurera un nouveau jardin portant le nom de Solitude, femme, noire, guadeloupéenne, figure de la résistance des esclaves, et notre ville comptera prochainement, enfin, une première statue de femme noire, qui la représentera.»

Solitude, née en 1772 d’une mère esclave qui aurait été violée par un marin sur le bateau qui la déportait aux Antilles, participe, enceinte, à la lutte contre l’expédition française envoyée par Napoléon dans le but de rétablir l’esclavage en Guadeloupe en 1802. 

Une quarantaine de statues de femmes à Paris

Elle est arrêtée et condamnée à mort après la défaite des résistants. Solitude est pendue la même année, au lendemain de son accouchement. Dans un roman publié en 1972, l’écrivain André Schwarz-Bart avait rendu hommage à cette «femme de légende de l’histoire des Antilles».

La statue qui sera placée en son hommage remplacera celle du général Dumas, père de l’écrivain Alexandre Dumas et premier général français aux origines afro-antillaises. Sa statue avait été retirée sous l’occupation nazie et envoyée à la fonte. Au mois de juin, l’ex-Premier ministre Edouard Philippe s’était dit «déçu que la République, la IVe d’abord, la Ve ensuite, ne reconstruise pas la statue du général Dumas».

Cette inauguration s’inscrit dans un débat plus large sur le déboulonnement de nombreuses statues dans le monde. Des manifestants ont en effet, d'abord aux Etats-Unis, puis au Canada, en France, ou encore en Belgique, vandalisé ou mis à terre des statues de certaines figures historiques en raison de leurs liens avec l'esclavage ou le colonialisme, comme Gallieni, Colbert ou Léopold ll.

Paris compte environ un millier de statues, parmi lesquels une quarantaine de femmes, sans compter les figures mythologiques (l’Abondance, la République, etc.). Parmi elles, cinq Jeanne d’Arc, deux Sainte-Geneviève, George Sand, Edith Piaf, Dalida, ou encore Sarah Bernhardt.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»