Deux syndicats de soignants rejoignent le collectif Santé en danger pour un Ségur 2

Deux syndicats de soignants rejoignent le collectif Santé en danger pour un Ségur 2© Charles Platiau Source: Reuters
Manifestation de soignants le 28 mai 2020 à Paris.

Deux syndicats d'infirmières et de praticiens hospitaliers rejoignent le collectif de Santé en danger, qui réclame l'ouverture d'un Ségur 2 de la santé. Le fondateur du rassemblement juge que la France «se comporte comme une médecine du tiers-monde».

Le collectif Santé en danger voit ses rangs se gonfler avec l'arrivée de deux syndicats de soignants le 13 août. «Nous soignants, ne sommes en aucun cas satisfaits du résultat du Ségur qui n'a strictement rien apporté à notre profession», clame Convergence infirmière, qui rassemble des infirmières libérales, dans un communiqué publié le même jour.

Le syndicat réclame notamment une «revalorisation de l'indemnité forfaitaire de déplacement» et «un départ à la retraite anticipé pour les infirmières et infirmiers libéraux». Le Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes-Réanimateurs Elargi aux autres spécialités (SNPHARE) s'est également associé au collectif. «Aucune solution au manque d'attractivité hospitalière n'a été envisagée sérieusement par les pouvoirs publics dans le cadre du Ségur», déplore-t-il dans un communiqué publié sur Twitter.

Lancé fin juillet par le Docteur Arnaud Chiche, anesthésiste-réanimateur à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Santé en danger a pris de l'ampleur sur Facebook et revendique plus de 90 000 membres.

Interviewé par RT France, Arnaud Chiche évoque un Ségur 2 comme une «urgence sanitaire car les soignants sont à bout, fatigués, épuisés, ont été maltraités depuis de nombreuses années». «Le gouvernement actuel ne peut pas porter la responsabilité de toutes ces années d'échecs et de maltraitante», concède Arnaud Chiche qui dénonce toutefois la responsabilité du gouvernement dans le Ségur tenu en juillet qui a notamment oublié certaines professions autour de la table comme «les sages-femmes». Il ajoute qu'actuellement «on se comporte comme une médecine du tiers-monde» et, pour lui, la France doit «prendre conscience que sa santé est malade».

Malgré les annonces en faveur de l'hôpital (8,2 milliards d'euros de revalorisations salariales, 6 milliards pour l'investissement, 15 000 recrutements...), «des corps de métier ont été exclus», selon le collectif qui entend «obtenir un Ségur 2 au mois d'août», sinon «dès la rentrée». Le collectif dit avoir reçu l'appui d'une douzaine d'organisations syndicales représentant les sages-femmes, kinés, infirmiers, ambulanciers, médecins libéraux, ainsi que d'une poignée de parlementaires d'opposition – Communistes, LFI et Républicains.

Le ministère de l'Enseignement supérieur a en revanche démenti qu'il ait le soutien de la Professeur Christine Ammirati, ancienne cheffe des urgences du CHU d'Amiens et actuelle conseillère de la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, comme le collectif l'avait affirmé.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»