Castex provoque des remous à l'Assemblée en évoquant la souveraineté industrielle de la France

Castex provoque des remous à l'Assemblée en évoquant la souveraineté industrielle de la France© Ludovic Marin Source: AFP
Le Premier ministre Jean Castex.

Jean Castex a déploré la perte de fleurons industriels, passés sous pavillon étranger «sans que nous puissions réagir» et promis de s'attaquer au problème, soulevant des éclats de voix dans les rangs de l'opposition.

Lors de sa première déclaration de politique générale à l'Assemblée nationale ce 15 juillet, le Premier ministre Jean Castex est revenu sur les conséquences économiques de la crise sanitaire, notamment sur l'industrie. Et le locataire de Matignon a fait dresser certains sourcils dans les rangs de l'opposition, lorsqu'il a reconnu l'échec du gouvernement à défendre la souveraineté industrielle de la France, tout en promettant d'inverser la tendance.

«Notre industrie s'est affaiblie. Nous avons vu certains de nos fleurons industriels et technologiques passer sous pavillon étranger, sans que nous puissions ou souhaitions réagir», a-t-il lancé, déclenchant quelques éclats de voix dans l'hémicycle.

«Nos sommes aujourd'hui trop dépendants de nos partenaires extérieurs et insuffisamment présents sur certains secteurs stratégiques. Nous consacrerons, dans le cadre du plan de relance, 40 milliards d'euros pour que cela change», a-t-il poursuivi, présentant donc ainsi le plan de relance du gouvernement.

Qui peut croire que ceux qui ont vendu Alstom aux Américains, les Chantiers de l’Atlantique aux Italiens, qui ont voté le Ceta à l’Assemblée vont incarner le patriotisme économique et la relocalisation en France ?

Une démarche qui a peu de chances de convaincre l'opposition : le mois dernier, le patron des sénateurs LR, Bruno Retailleau, avait en effet anticipé ce positionnement, critiquant dans les colonnes du Journal du dimanche les «tartuffes qui vantent la souveraineté française alors qu’ils l’ont bradée». «Qui peut croire que ceux qui ont vendu Alstom aux Américains, les Chantiers de l’Atlantique aux Italiens, qui ont voté le Ceta à l’Assemblée vont incarner le patriotisme économique et la relocalisation en France ?», avait-il ainsi attaqué.

Le chef d'Etat a notamment largement contribué, tant au ministère de l'Economie qu'au cabinet de la présidence de François Hollande, au rachat de la branche énergie d'Alstom par le groupe américain General Electrics, en 2014. Une vente sur laquelle enquête par ailleurs le Parquet national financier (PNF), pour en déterminer les circonstances.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»