Le Parquet national financier se saisit de l'enquête sur la vente d'Alstom à General Electric

- Avec AFP

Le Parquet national financier se saisit de l'enquête sur la vente d'Alstom à General Electric© VINCENT KESSLER Source: Reuters
L'usine Alstom à Belfort (image d'illustration).

Le parquet de Paris, saisi par le député LR Olivier Marleix pour enquêter sur les circonstances de la vente du pôle énergie d'Alstom à l'américain General Electric en 2014, a transmis la procédure au Parquet national financier.

Confirmant une information du Monde, le Parquet national financier (PNF) a fait savoir à l'AFP le 18 juillet qu'il s'était saisi de l'affaire de la vente de la société française Alstom à l'américain General Electric (GE) en 2014, sans donner plus de détails.

Dans une lettre adressée en janvier au procureur de la République de Paris, l'ancien président de la commission d'enquête à l'Assemblée sur la politique industrielle de la France, le député Les Républicains (LR) Olivier Marleix, s'interrogeait sur les circonstances de la vente du pôle énergie d'Alstom à GE et sur le rôle joué par Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie.

Il s'étonnait que les autorités judiciaires françaises n'aient «jamais ouvert d'enquête» sur Alstom alors que l'entreprise avait notamment versé une amende à la justice américaine en 2014 pour des faits de corruption.

Il notait qu'Emmanuel Macron, alors à Bercy, avait «formellement donné l'autorisation» de la vente d'Alstom énergie et avait «également autorisé» d'autres cessions d'actifs «d'entreprises stratégiques françaises», citant celles d'Alcatel-Lucent au groupe finlandais Nokia ou de Technip à l'entreprise américaine FMC Technologies.

Olivier Marleix observait aussi que le candidat Macron avait bénéficié d'un «montant de dons records pour sa campagne» et estimait que «le fait que l'on puisse retrouver dans la liste des donateurs ou des organisateurs de dîners de levée de fonds des personnes qui auraient été intéressées aux ventes précitées [ne pouvait] qu'interroger».

S'il était vérifié, un tel système pourrait être interprété comme un pacte de corruption

Le député LR émettait l'hypothèse que le «système» mis en place dans le cadre de ces cessions aurait pu bénéficier à l'actuel président de la République pendant sa campagne. «S'il était vérifié, un tel système pourrait être interprété comme un pacte de corruption», écrivait-il.

Après ce signalement, le député a été entendu par les enquêteurs de l'Office anticorruption de la police judiciaire, à la demande du parquet de Paris qui «souhaitait lui faire préciser les termes de sa dénonciation».

C'est à l'issue de cette audition que le parquet de Paris a décidé de se dessaisir au profit du PNF, selon une source judiciaire.

Lire aussi : «L'industrie, au service de la finance» ? Macron offre la légion d'honneur à l'ex-patronne GE France

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»