Frédéric Pierucci : le rachat d'Alstom s'inscrit dans une guerre économique menée par Washington

Frédéric Pierucci : le rachat d'Alstom s'inscrit dans une guerre économique menée par Washington© RT France
Frédéric Pierucci sur le plateau de RT France, le 16 juillet 2019, à Boulogne-Billancourt.

Dans La Grande Interview de RT France, Frédéric Pierucci, ancien responsable chez Alstom, est revenu sur son histoire, sa mise en examen et ses longs mois de détention aux Etats-Unis. Il exhorte la France à reprendre possession de l'entreprise.

Présent sur le plateau de RT France pour l’émission La Grande Interview, Frédéric Pierucci, ancien dirigeant de filiale chez Alstom, est revenu sur son histoire : celle d’un haut-responsable d'entreprise français face au Département de la Justice américaine (DoJ).

Il explique comment il a fait l’expérience de l’extraterritorialité du droit américain. Poursuivi par le DoJ pour des faits de corruption en Indonésie, il a été arrêté à New-York et a passé au total 25 mois en prison. Victime, selon certaines analyses dont la sienne, de la guerre économique menée par les Etats-Unis contre le reste du monde, il assiste depuis sa prison au rachat d’Alstom par General Electric. Un rachat qui, selon lui, pourrait mettre en péril l’approvisionnement en électricité de la France. Il a cependant bon espoir et milite activement pour que General Electric, en difficulté financière, cède Alstom à la France.

C’est une guerre économique entre les Etats-Unis et le reste du monde

«C’est la cinquième entreprise que GE rachète dans des conditions extrêmement similaires, donc une mise en examen ou des poursuites par le DOJ contre l’entreprise, donc l’entreprise affaiblie, donc le dirigeant affaibli, donc, derrière, une reprise de ses activités par le concurrent américain», a-t-il rappelé, expliquant que «ce n’est pas une guerre commerciale entre la France et les Etats-Unis, c’est une guerre économique entre les Etats-Unis et le reste du monde […] C’est une guerre économique globale entre les Etats-Unis, la Chine et l’Europe et il n’y a pas d’amis. C’est chacun pour soi et Dieu pour tous».

L’ancien cadre du constructeur ferroviaire a semblé surpris que la procédure pour corruption se déroule aux Etats-Unis. «Il y a eu des affaires de corruption chez Alstom et Alstom a plaidé coupable d’avoir payé 75 millions de dollars de pots-de-vin sur 10 ans donc il y a eu des vraies affaires de corruption chez Alstom comme il y en a dans beaucoup de groupes. Ce qui est choquant c’est que ce soit les Etats-Unis qui poursuivent ces affaires de corruption plutôt que la France, mais aussi l’asymétrie des moyens et des cibles de DoJ sur ces affaires de corruption», a-t-il estimé. Et de s'interroger : «Les Etats-Unis ont lancé des enquêtes depuis 2010 sur le groupe Alstom […] Est-ce GE qui a profité de la mise en examen d’Alstom, ou d’une enquête sur Alstom, pour acquérir Alstom dans un moment de faiblesse en coordination avec le DoJ ?» […] Dans le livre qu'il a écrit avec le journaliste Matthieu AronLe piège américain, il «explique comment GE a participé à toutes ces négociations avec le DoJ, ce qu’ils ont reconnu eux-mêmes». «C’est aberrant d’avoir son concurrent à la table des négociations avec le DoJ pour des affaires de corruption», déclare-t-il.

Enfin, Frédéric Pierucci considère que la vente d’Alstom à General Electric représente une grande perte pour la France... mais aussi un danger. «Alstom a fourni toutes les turbines pour toutes les centrales nucléaires françaises donc, il y a 58 réacteurs nucléaires en France avec 58 turbines Alstom, la maintenance est faite par un groupe américain», relève, estimant par conséquent qu'il y a un «gros risque», que les Etats-Unis disposent d'«un moyen de chantage énorme» sur la France. «Pendant la deuxième guerre du Golfe par exemple, les Etats-Unis ont arrêté de nous fournir des pièces de rechange pour le porte-avions Charles De Gaulle, ce qui a mis notre porte-avions en rade […] Ils pourraient donc arrêter de nous fournir des pièces pour réparer nos turbines», a-t-il conclu.

Lire aussi : Affaire Alstom : après 25 mois de prison aux Etats-Unis, Frédéric Pierucci s'exprime sans filtre

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»