Crispations à gauche après la réouverture du Puy du Fou autorisée par Emmanuel Macron

Crispations à gauche après la réouverture du Puy du Fou autorisée par Emmanuel Macron© Sebastien SALOM-GOMIS Source: Reuters
Les spectacles en Vendée pourront reprendre prochainement (image d'illustration).

Le parc du Puy du Fou, réputé pour ses fresques historiques, a annoncé la reprise de son activité après la décision d'Emmanuel Macron de rouvrir les sites touristiques et parcs en zone verte le 2 juin. Certains, à gauche, protestent...

Le Puy du Fou, parc d'attraction vendéen à thématique historique, a annoncé le 21 mai sa réouverture le 11 juin, affirmant avoir été informé d'une décision du président de la République de rouvrir les sites touristiques et parcs à thème en zone verte le 2 juin. Le Parc Walibi et le Futuroscope pourraient par exemple rouvrir mi-juin. Une volonté présidentielle exprimée après un Conseil de Défense. Le fondateur du Puy du Fou, Philippe de Villiers, a salué cette décision : «Merci Emmanuel Macron de son message chaleureux. Merci d'avoir transféré le dossier du Puy du Fou au Conseil de Défense. Le Puy du Fou va revivre. Le Puy du Fou vivra !»

Sauf que cette réouverture ne fait pas l'unanimité, que ce soit dans la classe politique ou dans le milieu des journalistes de gauche, alors qu'en 2019 le parc avait accueilli plus de deux millions de visiteurs. Le journaliste de France Culture et de Slate Frédéric Martel a par exemple dénoncé la réouverture du «ringardissime Puy du Fou» : «On rouvre le ringardissime Puy du Fou pour plaire au souverainiste Philippe de Villiers mais pas les festivals de théâtre et de musique ! On rouvre les églises mais pas les rencontres de la photo d'Arles ni les cafés et les restaurants ?»

Journaliste pour Vice, Coline Clavaud-Mégevand considère ni plus ni moins de son côté que le Puy du Fou est «un outil de propagande, une machine à endoctriner plus de deux millions de personnes par an avec des discours et une imagerie islamophobes, antisémites, racistes, ultra-nationalistes et catholiques intégristes».

L'ancienne ministre de la Culture, la socialiste Aurélie Filippetti, est également montée au créneau. Selon elle, «le Puy du Fou pourra continuer à financer la fondation anti-IVG Jérôme-Lejeune... comme en 2015».

L'eurodéputé de Place Publique (proche PS) Raphaël Glucksmann est lui aussi en colère : «Magnifique ce pays où le Président, en plus de décider perso de la fermeture des jardins municipaux, mobilise son conseil de défense pour la réouverture du Puy du fou... PS : juste dommage pour le festival d’Avignon que son directeur ne soit pas un ami d’extrême droite de Sa Majesté.»

Pour le sénateur PS de Paris Rémi Féraud, «si Emmanuel Macron était aussi attentif aux souhaits des Parisiens qu’à ceux de ses amis progressistes, nos jardins seraient déjà ouverts».

Une fronde contre le Puy du Fou qui a scandalisé d'autres journalistes et politiques. L'avocat et éditorialiste Gilles-William Goldnadel revient sur le tweet du journaliste de France Culture : «Le type est journaliste à France Culture et trouve le Puy du Fou "ringardissime". Quand je dis que la radio de service public est au fond du puits de la médiocrité gauchisante, je suis encore trop gentil. Fier d’être l’ami et l’avocat de Philippe de Villiers et l’ennemi des petits esprits.»

Eugénie Bastié, chroniqueuse du Figaro, remet pour sa part en cause la rhétorique d'Aurélie Filipetti : «Quand la gauche dont les associations se gavent de subventions publiques pointe du doigt une subvention PRIVEE à une association qui – horreur – aide les personnes trisomiques dont la société ne veut plus. La réouverture du Puy du Fou déchaîne l’aigreur et la mesquinerie.»

Le député de Debout La France Nicolas Dupont-Aignan se réjouit lui aussi de l'ouverture prochaine des parcs de divertissement et cible ceux qui attaquent le Puy du Fou : «La réouverture des sites touristiques et parcs dans le respect des règles sanitaires est une très bonne nouvelle pour notre pays. Vivement que tous les Français puissent en profiter. Honte à ceux qui attaquent le Puy du Fou pour salir encore le roman national de la France !»

Interrogé par l'AFP sur les conséquences financières de la fermeture du site dans le contexte de la crise du Covid-19, alors qu'il aurait dû rouvrir en avril, le président du Puy du Fou, Nicolas De Villiers, a fait état de «pertes importantes de plusieurs millions» d'euros. Parmi les mesures sanitaires décidées, le parc prévoit notamment de réduire les capacités d'accueil des différents spectacles ainsi que la mise en place de distances barrière. Les équipes d'accueil seront également équipées de masques.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»