Coronavirus : Quel calendrier pour la reprise du sport en France ?

Coronavirus : Quel calendrier pour la reprise du sport en France ?© Franck Fife Source: AFP
Un cliché pris devant le Stade de France, le 14 mars 2020, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) (image d'illustration).

Incertaine, la reprise du sport en France, aussi bien amateur que professionnel, dès le 11 mai soulève nombre de questions. Alors que certaines mesures semblent inapplicables à toutes les disciplines, d'autres poseront des problèmes d'organisation.

C’est une réunion de la plus haute importance qui s’est tenue le 17 avril sur l’avenir du sport en France, alors que le coronavirus a fait plus de 22 000 morts dans l’Hexagone. Organisée par le Comité national olympique et sportif français (CNOSF), présidé par Denis Masseglia, la rencontre a réuni le cabinet de la ministre des Sports Roxana Maracineanu, le directeur des Sports Gilles Quénéhervé, le président de l’Association des Directeurs techniques nationaux, Philippe Bana, le directeur général de l’Insep, Ghani Yalouz et Brigitte Deydier, de l’Agence nationale du sport.

Le compte-rendu de la réunion, qui a fuité et dont RT France s’est procuré une copie, signé des mains du président du CNOSF, propose un plan de reprise de la pratique sportive, amatrice comme professionnelle, totalement à l'arrêt depuis plusieurs semaines. L’objectif : faire «remonter les propositions pour les discussions en interministériel mercredi [29 avril]». «En fonction de ce qui sera arbitré en interministériel [nous aurons] 15 jours pour préparer la mise en œuvre du déconfinement dans le cadre de ce qui aura été établi», est-il encore précisé en première page du texte.

Le document de travail avance l’hypothèse d’une «reprise du sport professionnel et de l’activité des athlètes de haut niveau […] à compter du 11 mai», suggérant qu’à cette date «les athlètes reprennent le chemin de l’entraînement». Le ministère des Sports va de son côté «proposer la mise en place du plan de continuité sportive préparé pendant le confinement avec possibilité pour les athlètes de rejoindre les équipements sportifs et une pratique dans un format encore à affiner».

Un «bilan médical de pré-reprise obligatoire» sera proposé aux athlètes par «le réseau médical».

La délicate question des tests

Toutefois le document souligne que «pour ce qui est des tests, c’est la doctrine nationale qui s’appliquera». La doctrine gouvernementale étant actuellement celle de refuser les tests systématiques, principalement par manque de moyens, les athlètes ne devraient donc pas être contrôlés, du moins pas régulièrement. 

Une stratégie qui tranche avec celle défendue outre-Rhin. Alors que le championnat de football allemand de première division devrait faire son retour à huis clos le 9 mai, la Fédération allemande de football a fait savoir que tous les joueurs et membres d’encadrement seraient contrôlés tous les trois jours, estimant à 20 000 le nombre de tests nécessaires pour mener à son terme la Bundesliga.

Le choix de la Fédération allemande s'appuie sur la stratégie plus globale de l'Allemagne, qui a fait le choix de miser sur de vastes campagnes de dépistage pour combattre la propagation du Covid-19 dans la société. Ainsi, selon un communiqué de presse mis en ligne le 21 avril par la Fédération allemande des laboratoires médicaux accrédités, 1,6 million de tests ont été pratiqués depuis début mars dans le pays, dont 260 000 la seule semaine du 13 avril. «Les capacités de test ont de nouveau été augmentées à environ 640 000 tests par semaine», est-il ajouté.

En France, l'Association des médecins des clubs de football professionnel (AMCFP) a livré, le 25 avril sur le site de RMC, ses recommandations quant à la reprise des entraînements. Pour pouvoir pratiquer sans risques, il est rappelé que les athlètes devraient pouvoir être testés au moins une fois par semaine.

Mais cette mesure peut-elle être matérialisée dans un pays qui manque de tests, et si oui, comment serait-elle perçue dans l'opinion publique ? La question reste en suspens puisque, questionnés sur ce point, ni le ministère des Sports ni le CNOSF, visiblement agacés, par les sollicitations médiatiques, n’ont souhaité répondre à nos interrogations.

L'AMCFP estime en outre qu’il faudrait «équiper tous les joueurs et le staff de masques durant toute la présence au centre d'entraînement, sauf lorsqu'un exercice physique est nécessaire». Par ailleurs, l’AMCFP a suggéré qu’une distance de deux mètres soit respectée entre chaque joueur, au repos, et quatre mètres pendant l’effort.

Ces mesures, applicables au football, ne le sont pas pour la totalité des disciplines, et il semble beaucoup plus difficile de faire respecter les mesures de distanciation sociale dans des sports où les corps sont en interaction constante les uns avec les autres comme par exemple en lutte. «Nous faisons un sport de contact et il est impossible pour nous de s'entraîner sans un partenaire à qui s'opposer. Tant que l'on ne combat pas avec un adversaire il est impossible de dire que l'on a repris la lutte», explique à RT France la double médaillée mondiale et européenne Koumba Larroque, originaire de l’Essonne et âgée de 21 ans. Le ministère promet, de son côté, une «adaptation par discipline sportive des règles sanitaires». Quelles seront-elles ? Là encore, le cabinet de Roxana Maracineanu est resté muet face à nos demandes.

Par ailleurs, la lutteuse qui vise une qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo, décalés à 2021, met en lumière une situation floue. «L’Insep est fermé et on ne sait pas du tout quand il va rouvrir. Rien n’est encore fixé pour la reprise de l’entraînement. Même la Fédération française de lutte n’a pas de nouvelles et nous a fait savoir qu’il se pourrait que nous ne reprenions que dans plusieurs mois. Nous avons beaucoup de mal à nous projeter sur une reprise», résume-t-elle.

De plus, l'athlète confesse n'avoir que très peu de visibilité sur sa forme physique : «Cela fait plus d'un mois que je ne me suis pas entraînée et je ne sais pas dans quel état je serai quand je vais reprendre la lutte. Pour le moment je fais de la musculation et du cardio afin de me maintenir en forme.»

Si certains sportifs de haut niveau pourraient donc bien reprendre le chemin de l'entraînement, la fin de la saison devrait, le cas échéant, se dérouler sans public. Le ministère propose une «reprise des compétitions à huis clos pour les ligues professionnelles jusqu’à la fin de la saison». Il préconise également une «reprise des activités du champ commercial du sport», comme les circuits automobiles et les hippodromes, progressive à partir du 11 mai et totale à partir du 15 juin, mettant en avant leur «forte valeur ajoutée au plan économique, touristique et sanitaire».

Les associations sportives transformées en colonies de vacances ?

Mais qu’en est-il des Français ? Selon le compte rendu, ils «devraient pouvoir "courir, marcher et rouler" en extérieur dans des conditions "normales" à partir du 11 mai». Ce retour à l’activité physique ne se fera néanmoins pas en une seule fois. Le ministère s’est positionné en faveur d’une reprise en trois étapes.

Du 11 mai au 15 juin, celle-ci ne serait effective qu'uniquement «pour les associations sportives qui souhaitent aider à la reprise de la réouverture des écoles», afin de «permettre le dédoublement des classes». Ainsi une partie de la classe se retrouverait en cours pendant que l'autre serait laissée sous surveillance associative.

Par la suite, du 15 juin à la fin juillet, il est demandé que «les associations qui le souhaitent [puissent] reprendre leurs activités en petits groupes (proposition de fixer la limite à 30 personnes)», mais aussi qu’elles «puissent s’associer au dispositif national qui va être mis en œuvre autour d’un "plan vacances"». Elles devront donc «formuler une offre de service autour de stages sportifs pour les enfants avec une priorité pour les publics qui ne partirons pas en vacances et qui est estimé à environ 200 000 personnes». Enfin, en août et septembre, les activités «classiques» devraient reprendre «dans le respect des règles sanitaires et distanciation sociale probablement toujours en vigueur».

Un scénario qui n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes. Tout d’abord au niveau du personnel associatif. Les associations sportives étant composées, en France, d’une partie très importante de bénévoles, rien n’assure que ceux-ci seront disponibles pour s’occuper des enfants, ayant également un travail ou une famille. De plus, beaucoup de municipalités profitent de la période estivale pour rénover leurs installations sportives afin de les maintenir aux normes, d’en renforcer la sécurité pour les pratiquants, ou simplement de les rendre plus agréables. L’annonce d’une telle mesure pourrait demander aux maires de totalement revoir leurs budgets, pourtant votés depuis plusieurs mois, faisant ainsi peser un poids considérable sur beaucoup de communes.

Sur ces questions non plus le ministère des Sports n'a souhaité faire de commentaire. Il faudra désormais attendre le plan de déconfinement que présentera Edouard Philippe le 28 avril à l’Assemblée nationale pour y voir plus clair. Déjà largement critiquée, l’initiative gouvernementale devrait être suivie d’un vote, au grand dam des oppositions qui ont réclamé du temps pour plancher sur le texte

Alexis Le Meur

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»