Castaner reconnaît avoir réquisitionné une cargaison de masques adressée aux collectivités locales

- Avec AFP

Castaner reconnaît avoir réquisitionné une cargaison de masques adressée aux collectivités locales© ALAIN JOCARD / POOL Source: AFP

Christophe Castaner a admis que «la manœuvre opérée a pris la forme d’une réquisition», lorsque, le 5 avril sur l’aéroport de Bâle-Mulhouse, l'Etat avait saisi une cargaison de 3,6 millions de masques destinés aux collectivités locales.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a reconnu, le 10 avril, la réquisition par les services de l'Etat de millions de masques importés de Chine à l'aéroport de Bâle-Mulhouse, en raison de livraisons arrivées incomplètes, au détriment de commandes des collectivités locales.

«La manœuvre opérée a pris la forme d’une réquisition. Sur le fond, il s’agit d’une affectation prioritaire des masques organisée par l’Etat, au profit de ceux dont nous considérions qu'ils en avaient le plus besoin : les personnels de santé», a déclaré le ministre dans une interview au quotidien régional L'Est Républicain. Et d'ajouter : «L’Etat a donc bien priorisé la satisfaction des soignants et des malades, parmi les différents clients de ce fournisseur.»

La «guerre des masques»

Lors des questions au gouvernement au Sénat le 8 avril, interrogé à ce sujet, Christophe Castaner, sans nier les faits, avait affirmé qu'il n'y avait «pas eu de réquisition ni par l'armée ni par qui que ce soit», mais qu'il s'agissait «de fournir en priorité le personnel soignant de la région du Grand Est», avant de préciser : «Il n'est pas question qu'il y ait de guerre des masques entre les collectivités territoriales et l'Etat.»

Le 9 avril, L'Est Républicain avait cependant publié une photo de l'arrêté «portant réquisition de masques chirurgicaux dans le cadre de la gestion du Covid-19», signé par le préfet du Haut-Rhin.

La présidente socialiste de Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, avait dénoncé le 6 avril une réquisition «sans concertation, ni même information préalable» de millions de masques sur le tarmac de l'aéroport de Bâle-Mulhouse lors de l'arrivée, la veille, d'un avion en provenance de Chine.

Le même importateur avait pris des commandes de l'Agence régionale de santé (ARS) Grand Est, qui approvisionne les professionnels de santé, mais aussi des régions Grand Est et Bourgogne Franche-Comté ainsi que du département des Bouches-du-Rhône.

Or le nombre de masques, nécessaires pour lutter efficacement contre la pandémie de Covid-19, livrés était inférieur à l'ensemble des commandes. L'avion contenant «seulement 3,6 millions de masques – soit un volume inférieur au solde dû par l'importateur à l’Etat – les masques ont été pris en charge par la préfecture de la zone de défense et de sécurité Est avec le concours de moyens logistiques de l’armée de terre», avait expliqué la préfecture du Grand Est dans un communiqué datant du 6 avril.

«La méthode était inopportune»

Le 9 avril, lors d'une audition devant la mission parlementaire sur la pandémie de Covid-19, Christophe Castaner avait fait valoir qu'il n'y avait «pas de mise en cause du choix [du préfet], mais de la méthode» utilisée, qualifiée «d'inopportune».

En effet, le ministre de l'Intérieur avait affirmé avoir exprimé, en début de semaine, à l'ensemble des préfets lors d'une visioconférence, que «la méthode était inopportune et qu'il n'était pas question que cela se reproduise». «Nous aurions dû être plus prévenants avec les collectivités locales [...] Je m’en suis excusé car je sais que l’intention des préfets et de l’ARS était de faire au mieux», a-t-il réitéré le 10 avril, répondant à L'Est Républicain.

De son côté, la région Bourgogne Franche-Comté a annoncé, le 10 avril, avoir réceptionné un premier million de masques  chirurgicaux sur les quatre millions commandés. «Il s’agit d’une première livraison arrivée à Marseille, dont la majeure partie servira à équiper les Ehpad et les services de soins à domicile», ont indiqué les autorités régionales dans un communiqué. Transportés jusqu'à Dijon par camion, les masques vont être distribués aux conseils départementaux de la région qui en assureront la répartition dans les établissements médico-sociaux.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»