Licenciements durant la pandémie : Edouard Philippe contredit-il la ministre du Travail ?

Licenciements durant la pandémie : Edouard Philippe contredit-il la ministre du Travail ?© Ludovic Marin Source: AFP
Edouard Philippe, le 17 mars en duplex sur France 2.

Le Premier ministre estime que «l'interdiction administrative des licenciements [...] n'est jamais une solution satisfaisante». La veille, Muriel Pénicaud avait pourtant laissé présager l'inverse tant que durerait la crise sanitaire, selon Les Echos.

Rétropédalage ou communication manquant de clarté ? Edouard Philippe a en effet semblé contredire sa ministre du Travail le 17 mars sur France 2 au sujet des licenciements durant la crise sanitaire du Covid-19 : «Interdire de licencier, je ne crois pas que nous en arrivions là. Ce que nous voulons faire, c'est qu'il ne soit pas utile de licencier, [et] essayer de faire en sorte que nos entreprises puissent continuer [à exister] de façon à pouvoir poursuivre, le moment venu [après la crise, leur] activité.» Le Premier ministre a poursuivi, jugeant que «l'interdiction administrative des licenciements, comme elle a pu exister, [n'a jamais été] une solution satisfaisante». 

Or, selon une information des Echos du 16 mars, la ministre du Travail Muriel Pénicaud aurait affirmé à peu près l'inverse auprès des leaders des organisations patronales et syndicales, lors d'une conférence téléphonique : «Pendant la période actuelle, c'est zéro licenciement.» L'un des participants à cette réunion a confié au quotidien économique que Muriel Pénicaud avait par ailleurs sollicité les partenaires sociaux et patronaux «pour faire remonter les informations localement aux Direccte [services extérieurs de l'Etat qui gèrent les plans sociaux] et, pour les plus grandes entreprises, directement à son cabinet» en cas de projet de licenciement.

La sauvegarde des entreprises, l'une des priorités du gouvernement

Le chef du gouvernement a en outre affirmé le 17 mars que l'Etat allait cibler «l'aide à l'entreprise, l'aide aux salariés» pour que chaque entreprise puisse «être préservée». Il a d'ailleurs averti qu'il allait «y avoir beaucoup de menaces» sur les entreprises de toute taille.

«Nous voulons éviter ce qui a été observé en 2008 : il avait été très difficile de sauver un certain nombre d'entreprises et on avait mis beaucoup de temps à repartir», a-t-il exposé.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»