«Cacophonie gouvernementale» : la gestion du coronavirus sous le feu des critiques 

«Cacophonie gouvernementale» : la gestion du coronavirus sous le feu des critiques © KENZO TRIBOUILLARD / AFP Source: AFP
Le ministre de la Santé Olivier Véran, ce 6 mars.
Suivez RT France surTelegram

Une partie de l'opposition de droite estime que le gouvernement ne va pas assez loin pour tenter d'endiguer la propagation du coronavirus. Le RN lui reproche notamment de ne pas encore avoir déclenché le «stade 3».

Le gouvernement gère-t-il correctement la crise du coronavirus ? Non, selon une partie de la droite. Plusieurs personnalités politiques reprochent à l'exécutif son manque d'anticipation et des mesures inadaptées pour tenter de limiter la propagation du virus.

Ce 6 mars, Marine Le Pen estime d'ailleurs que le stade 2 déclenché par le gouvernement – sur une échelle de 3 – est insuffisant. «Le plan [du stade] 3 aurait déjà dû être déclenché depuis un certain nombre de jours. Puisqu'on nous explique que le plan 3 c'est lorsqu'on n'arrive plus à trouver le patient zéro», a-t-elle expliqué lors d'un déplacement à La Ciotat (Bouches-du-Rhône), où elle a rencontré des artisans pêcheurs et des commerçants.

«Discours pas clair, pas cadré»

La présidente du RN a aussi réclamé la mise en place d'une «cellule interministérielle de crise» qui «évite les décisions contradictoires entre les ministères, les circulaires qui partent à droite à gauche de manière confuse».

Et Marine Le Pen ne s'arrête pas là dans sa critique à l'encontre du gouvernement. «On est confrontés à une forme de cacophonie gouvernementale qui est un des éléments qui inquiètent les Français» avec un discours «pas clair, pas cadré», a dénoncé la candidate déclarée à la présidentielle de 2022, qui s'est dite «frappée de voir la porte-parole du gouvernement expliquer que somme toute c'est une sorte de grippe».

La députée du Pas-de-Calais a jugé de ce fait que «réunir des députés qui viennent de toute la France [...] pose un questionnement.»

«Pas de masques adaptés»

Autre motif d'inquiétude pour l'opposition, la préparation du personnel soignant. «En 2009 face à l'épidémie H1N1, les soignants ont reçu un kit de protection avec des lunettes et masques FFP2. Face au Coronavirus, je demande au gouvernement d'accélérer : pourquoi les médecins n'ont-ils toujours pas reçu de masques adaptés pour se protéger ?», s'est interrogé Nicolas Dupont-Aignan.

Du côté des Républicains, certains élus dénoncent le manque de moyens pour faire face à l'épidémie. Le député LR Eric Ciotti craint une crise économique. «J’ai demandé à Bruno Le Maire la mise en place d'un fonds d’indemnisation d’urgence pour aider les secteurs subissant de plein fouet les conséquences économiques du Coronavirus. Ne transformons pas une crise sanitaire majeure en une catastrophe sociale et économique retentissante», a-t-il tweeté.

Dans un courrier mis en ligne sur son site et adressé au Premier ministre Édouard Philippe, le député a souhaité «la prise rapide de toutes les mesures sanitaires et de restrictions nécessaires pour enrayer [la] propagation» du virus, et la «mobilisation des établissements hospitaliers du département».

Le stade 3 bientôt déclenché

En prévision de l’afflux de malades, le gouvernement se prépare à déclencher le stade 3 «dans quelques jours, une ou deux semaines maximum», selon le professeur Jean-François Delfraissy, à la sortie d'une réunion avec le président à l'Elysée, le 5 mars. Lors d'une visite dans un Ehpad ce 6 mars, Emmanuel Macron a appelé à «limiter au maximum les visites» aux aînés. «La priorité absolue aujourd'hui est de protéger les plus fragiles», a-t-il ajouté. 

Emmanuel Macron a en outre décliné des «mesures de bon sens à respecter partout sur le territoire», à l'attention des visiteurs de maisons de retraite, comme «se laver les mains au savon, au gel hydro», «ne pas serrer les mains» et «être très vigilant».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix