Les ministres battus aux élections municipales devraient rester au gouvernement

Les ministres battus aux élections municipales devraient rester au gouvernement© THOMAS SAMSON / AFP Source: AFP
Le Premier ministre Edouard Philippe est aussi candidat à la mairie du Havre (Seine-Maritime).

Selon le journal Le Parisien, Emmanuel Macron a choisi de ne pas sanctionner les ministres qui seraient défaits aux prochaines élections municipales. De quoi, peut-être, motiver certains à se porter candidats.

«Il n'y aura pas de sanctions contre les ministres qui perdent» en cas de défaite d'un ministre aux élections municipales des 15 et 22 mars. C'est ce qu'affirme, ce 5 février, une source gouvernementale au Parisien. «A partir du moment où l'on considère que ce n'est pas un scrutin national mais local, pourquoi en tirer des leçons nationales ?», complète une autre source de l'exécutif au quotidien francilien.

Emmanuel Macron lui-même aurait pris cette décision, toujours selon Le Parisien. Le chef de l'Etat avait d'ailleurs émis cette hypothèse mi-janvier lors de ses vœux à la presse, expliquant ne pas «tirer de manière automatique des conséquences nationales» du scrutin.

Onze candidats... pour l'instant

Pour l'heure, onze membres du gouvernement se sont déclarés candidats aux élections de mars, dont cinq ministres : Edouard Philippe (Premier ministre) au Havre (Seine-Maritime), Gérald Darmanin (Action et Comptes publics) à Tourcoing (Nord), Sébastien Lecornu (Cohésion des territoires) à Vernon (Eure), Franck Riester (Culture) à Coulommiers (Seine-et-Marne), et Marc Fesneau (Relations avec le Parlement) à Marchenoir (Loir-et-Cher).

Six secrétaires d'Etats se sont aussi lancés dans la bataille : Christelle Dubos (ministère de la Santé et des Solidarités) à Sadirac (Gironde), Marlène Schiappa (Egalité entre les hommes et les femmes) dans le XIVe arrondissement de Paris, Geneviève Darrieussecq (ministère des Armées) à Mont-de-Marsan (Landes), Jean-Baptiste Djebbari (Transports) à Limoges (Haute-Vienne), Gabriel Attal, (ministre de l’Education et de la Jeunesse) à Vanves (Hauts-de Seine), et Agnès Pannier-Runacher (ministère de l’Economie et des Finances) dans le XVIe arrondissement de Paris.

Selon Le Parisien, d'autres membres du gouvernement pourraient eux aussi être bientôt candidats, comme Emmanuelle Wargon (Transition écologique), Julien Denormandie (Collectivités) ou encore Adrien Taquet (Enfance). Ils n'auront pas à craindre de perdre leur fauteuil gouvernemental.

Lire aussi : Etiquettes politiques aux municipales : Castaner abaisse le seuil aux villes de 3 500 habitants

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»