«Clé d’étranglement, plaquage ventral» : une tribune dénonce «l'impunité des violences policières»

«Clé d’étranglement, plaquage ventral» : une tribune dénonce «l'impunité des violences policières»© Thomas SAMSON Source: AFP
Les brigades de police du BRAV-M se tiennent prêtes en marge d'une manifestation le 29 janvier 2020 (image d'illustration).

Dans une tribune publiée dans l'Humanité, des familles de personnes blessées lors d'interpellations, des artistes et des élus de gauche, dénoncent «l’impunité des violences policières». Et appellent à l'interdiction de certaines pratiques.

Dans une tribune publiée le 31 janvier dans le journal L’Humanité, intitulée «Laissez-nous respirer !», des familles de personnes blessées lors de leur interpellation ou en manifestation, mais aussi des organisations, des élus et des personnalités, souhaitent alerter l’opinion publique sur «l’impunité» touchant, à leur sens, les «violences policières» en France. Partant, les auteurs du texte appellent à l’interdiction de certaines pratiques.

Les signataires comptent notamment la Ligue des droits de l’Homme, l'Union syndicale Solidaires, la CGT, l'Union nationale des étudiants de France (Unef), ou encore le comité Adama et le collectif Les mutilés pour l'exemple. Du côté des personnalités, on trouve, pêle-mêle, le député La France insoumise (LFI) Eric Coquerel, la militante Geneviève Legay, Abd-Al Malik (auteur, réalisateur), Mouloud Achour (journaliste, animateur télé), Arié Alimi (avocat), Ramzy Bedia (comédien et réalisateur), Bruno Gaccio (auteur) et IAM (groupe de rap).

Faisant référence à Cédric Chouviat, mort des suites d'un arrêt cardiaque après un contrôle de police, ils dénoncent «l’utilisation délibérée par les agents des forces de police de techniques extrêmement violentes et "potentiellement létales"». Ils pointent notamment du doigt «trois pratiques» exercées par les forces de l’ordre : la «clé d’étranglement, [le] plaquage ventral et [le] pliage», qui «ont pour but d’immobiliser une personne en lui comprimant le thorax et le cou pour entraver la respiration».

Les familles, organisations, élus et personnalités déplorent «un déni entretenu par une véritable culture du mensonge qui entraîne une culture du non-lieu». «C’est une violence judiciaire qui excuse, absout et prolonge les violences policières», estiment-ils notamment. Ne ciblant pas seulement la justice, ils s’attaquent à «tout un système auquel sont confrontées les victimes et leurs familles, qui révèle une impunité permanente des membres de forces de police qui blessent, mutilent et tuent».

En conséquence, les signataires réclament d’abord «l’interdiction totale de l’usage par les forces de l’ordre de toutes les techniques d’immobilisation susceptibles d’entraver les voies respiratoires», ensuite «l’interdiction totale» de ce qu'ils qualifient d'«armes de guerre en maintien de l’ordre» – soit les lanceurs de balles de défense (LBD), les «grenades [de désencerclement] GMD, GM2L et similaires». Enfin, ils demandent «la création d’un organe public indépendant de la police et de la gendarmerie pour enquêter sur les plaintes déposées contre les agents des forces de l’ordre», sous-entendant donc une absence de confiance en l'IGPN, ainsi que «la mise en place d’une réglementation qui associe la famille dès le constat de décès».

En outre, les familles de personnes blessées, organisations, élus et personnalités appellent à rejoindre le 14 mars à Paris «la marche de la Journée internationale contre les violences policières». Au 2 février, plus de 5 800 personnes ont signé la pétition disponible en ligne.

Lire aussi : Christophe Castaner annonce le retrait des grenades GLI-F4... déjà prévu depuis 2018

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»