Affaire Mila : pour Belloubet insulter une religion serait une «atteinte à la liberté de conscience»

Affaire Mila : pour Belloubet insulter une religion serait une «atteinte à la liberté de conscience»© BENOIT TESSIER / REUTERS Source: Reuters
La ministre française de la Justice, Nicole Belloubet, quitte le palais de l'Elysée après la réunion hebdomadaire du conseil des ministres, le 18 décembre 2019 (image d'illustration).

Commentant l'affaire Mila, adolescente harcelée pour avoir insulté l'islam, la ministre de la Justice a qualifié «d'atteinte à la liberté de conscience» le fait d'insulter une religion, tout en condamnant les menaces de mort. L'opposition s'indigne.

La ministre de la Justice vient-elle de réinventer le délit de blasphème ? C'est ce qu'estiment certaines personnalités politiques, qui ont réagi ce 29 janvier aux propos de Nicole Belloubet sur l'affaire Mila. «Dans une démocratie, la menace de mort est inacceptable, c'est absolument impossible, c'est quelque chose qui vient rompre avec le respect que l'on doit à l'autre. L'insulte à la religion, c'est évidemment une atteinte à la liberté de conscience, c'est grave, mais ça n'a pas à voir avec la menace», a-t-elle déclaré sur Europe 1.

La Garde des Sceaux était interrogée sur l'affaire Mila, une adolescente de 16 ans menacée de mort après avoir déclaré entre autres que «l'islam c'est de la merde» sur les réseaux sociaux. Peu après, le parquet de Vienne a ouvert une enquête pour «menaces de mort» à l'encontre de la lycéenne. Il en a aussi ouvert une contre Mila pour «incitation à la haine raciale».

L'opposition en appelle au droit de blasphème

A droite comme à gauche, des voix se sont élevées pour critiquer les propos de la ministre de la Justice. Des personnalités politiques l'accusent de réinventer le délit de blasphème, abrogé en France par la loi du 29 juillet 1881 relative à la liberté de la presse. 

Chez Les Républicains, deux cadres du parti ont notamment réagi. «Mila est harcelée et menacée de mort pour avoir critiqué l’islam : mais pour notre ministre de la Justice, c’est elle qui menacerait la liberté de conscience ! Ces propos sont très inquiétants», a réagi l'eurodéputé Les Républicains François-Xavier Bellamy.

«Non Nicole Belloubet critiquer l'islam n'est pas une atteinte à la liberté de conscience... Dire cela est insupportable dans une République laïque, la jeune Mila menacée de mort n'a pas commis de "blasphème", elle est libre !», a de son côté affirmé le député des Alpes Maritimes Eric Ciotti.

Au Rassemblement national, Marine Le Pen a sévèrement critiqué les propos de Nicole Belloubet. «Peut-on compter sur le gouvernement d'Emmanuel Macron pour défendre nos valeurs et nos libertés ? Clairement, la réponse est NON !», a-t-elle écrit sur Twitter.

«Après avoir déployé toute son énergie pour faire revenir les djihadistes "français", voilà que Nicole Belloubet légitime le délit de blasphème, et par là les fondamentalistes qui remettent en cause nos libertés... Irresponsable de soumission et de faiblesse !», a de son côté déclaré le député européen Rassemblement national Jordan Bardella.

A gauche aussi, des personnalités politiques se sont exprimées. «Qu’est ce qui a pu se passer dans notre pays pour qu’une ministre de la République puisse dire que "l'insulte à l’encontre d’une religion est une atteinte grave à la liberté de conscience !?" On s’apprête à rétablir un très peu laïque "droit au blasphème"?», s'est questionné Emmanuel Maurel, député du groupe Gauche républicaine & socialiste à l'Assemblée.

Le Printemps Républicain, issu du PS et se présentant comme défenseur de la laïcité, a de son côté condamné «avec fermeté les propos de la ministre de la Justice et rappelle que s’il est interdit de s’en prendre à des individus en raison de leur foi, le droit de critiquer et de se moquer des religions est garanti par la loi». Amine El-Khatmi, le président du parti, a fait part de sa consternation en réaction à la prise de parole de la ministre : «Après avoir été abandonnée par des féministes et une grande partie de la gauche, Mila aurait pu se réconforter en ayant le soutien des garants du respect des lois de la République. Même pas. Consternant !»

Nicole Belloubet se défend

Face aux critiques, la Garde des Sceaux s'est expliquée, ce 29 janvier, sur BFM TV concernant ses propos tenus sur Europe 1. «Je reconnais volontiers que mon expression a pu être maladroite ou lapidaire. Evidemment je n'ai pas voulu remettre en cause le droit de critiquer la religion, c'est évident. Et d'autres part, j'ai voulu dire que dans notre démocratie les inures ou les discriminations à raison de l'appartenance religieuse, c'était une infraction et que cette infracation pouvait être grave car elle conduisait à la haine et au rejet de l'autre. Et là encore, dans notre démocratie, je crois que la haine ou le rejet de l'autre, ce n'est pas possible».

La majorité ne fait pas bloc derrière Belloubet

Au sein même de la majorité présidentielle, les propos de Nicole Belloubet ne semblent pas être partagés. En effet, le 28 janvier sur LCP, la député LREM des Yvelines Aurore Bergé a tenu à rappeler «le droit au blasphème en France». «Le droit au blasphème existe dans notre pays. Nous avons le droit de critiquer toutes les religions. Ce dont nous n'avons pas le droit, c'est de menacer de mort ou de viol une fille de 16 ans ! Je m'étonne du silence de certains politiques», a-t-elle déclaré.

Le même jour, la secrétaire d'Etat à l'égalité entre les hommes et les femmes Marlène Schiappa avait qualifié de «propos criminels» la réaction du délégué général du Conseil français du culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri, dans l'affaire Mila. «Qui sème le vent récolte la tempête», avait estimé Abdallah Zekri, interrogé à ce sujet sur Sud Radio, ajoutant : «Elle l'a cherché, elle assume». Il s'était toutefois dit «contre» le fait qu'elle ait été menacée de mort.

Lire aussi : Devant les maires de France, Emmanuel Macron prend position sur le communautarisme

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»