Un dirigeant du CFCM appelle Mila à assumer ses «responsabilités» et les «conséquences» de ses actes

Un dirigeant du CFCM appelle Mila à assumer ses «responsabilités» et les «conséquences» de ses actes© MATTHIEU ALEXANDRE Source: AFP
Abdallah Zekri est délégué général du Conseil français du culte musulman (image d'illustration).

Après les menaces subies par Mila – une lycéenne qui avait critiqué l'islam – le délégué général du Conseil français du culte musulman a appelé la jeune fille à assumer ses «responsabilités» et les «conséquences» de ses paroles.

Abdallah Zekri, délégué général du Conseil français du culte musulman (CFCM), a tenu sur RMC, le 24 janvier, une argumentation bancale, en maniant le «en même temps» et le «oui mais», en réaction à l'affaire Mila – une adolescente qui a reçu de nombreuses menaces après avoir critiqué la religion islamique de manière virulente.

Le début de son propos pouvait pourtant laisser penser à une position ferme contre les internautes ayant menacé Mila de mort et de viol : «Je condamne fermement toutes [les] personnes qui ont menacé [Mila].»

Maintenant, qu'elle assume les conséquences de ce qu'elle a dit

Le dirigeant du CFCM a enchaîné en tenant à faire savoir aux auditeurs que lui-même recevait des menaces de mort : «Mais moi, je m'en fous, je ne porte pas plainte.»

Mila «aurait dû un petit peu se taire», selon Abdallah Zekri

Cela dit, Abdallah Zekri a ensuite argumenté en déclarant que l'âge de Mila (16 ans) «n'excusait pas» ses propos, et a estimé que la lycéenne «aurait dû un petit peu se taire». «Les propos qu'elle a tenus… Oui, on peut critiquer les religions, oui le délit de blasphème […] Mais faire des insultes comme elle a fait, elle sait très bien ce qu'elle fait», a poursuivi celui qui dirige également l'Observatoire national contre l'islamophobie.

Qui sème le vent récolte la tempête

«Cette jeune fille aurait dû un petit peu se taire», martèle-t-il encore. «Les insultes, je ne les accepte pas, que ce soit pour la religion musulmane, juive, catholique, peu importe», explique-t-il encore. Considérant que la vidéo de Mila «a été d'une vulgarité impossible», il ajoute : «Moi, je ne peux pas accepter ce qu'elle a dit.». Sa conclusion peut être vue comme une justification des menaces reçues par Mila : «Maintenant, elle assume ses responsabilités.» La veille, le 23 janvier sur Sud Radio, Abdallah Zekri avait déjà tenu un discours similaire : «Qu'elle critique les religions, je suis d'accord, mais insulter et tout ce qui s'ensuit… Maintenant, qu'elle assume les conséquences de ce qu'elle a dit.» Il avait aussi expliqué : «Qui sème le vent récolte la tempête.»

Lire aussi : Affaire Mila : le parquet ouvre deux enquêtes, dont une pour «incitation à la haine raciale»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»