L'ex-compagne de Christophe Dettinger a-t-elle vraiment déposé une plainte contre lui ?

L'ex-compagne de Christophe Dettinger a-t-elle vraiment déposé une plainte contre lui ?© GEOFFROY VAN DER HASSELT Source: AFP
Christophe Dettinger avec ses proches à la sortie de la prison de Fleury-Merogis le 20 février 2019 (image d'illustration)

Plusieurs sites d'information ont affirmé que l'ex-compagne de Christophe Dettinger avait déposé une plainte contre lui après une altercation conjugale. Une source proche du dossier contredit aujourd'hui certains éléments de cette version.

Rapportée par plusieurs sites d'actualités dont Franceinfo le 8 janvier, l'information selon laquelle l'ancien champion de boxe Christophe Dettinger, notamment connu pour avoir affronté des gendarmes le 5 janvier lors de l'acte 8 des Gilets jaunes, aurait fait l'objet d'une plainte déposée par sa femme, dont il est séparé, après une scène de violence devant son domicile, a été contredite par une source proche du dossier contactée par nos soins.

La jeune femme s'est présentée à la brigade pour signaler les faits, elle a été entendue mais elle a refusé de déposer plainte

«Ils se sont effectivement disputés devant la maison à Etrechy [...] La jeune femme aurait tapé dans la voiture de Christophe Dettinger qui l'aurait repoussée en réaction», nous explique notre interlocuteur avant de préciser : «Il n'y a pas eu d'échange de coups. La jeune femme s'est présentée à la brigade pour signaler les faits, elle a été entendue mais elle a refusé de déposer plainte». 

Non, mon mari ne m'a jamais frappée !

«Dtg Karine», compte Facebook d'une personne qui se présente comme l'ex-compagne de Christophe Dettinger, a posté ce même jour une publication intitulée «Communiqué de Karine Dettinger», dans laquelle elle affirme : «Non, mon mari ne m'a jamais frappée ! Comme dans tous les couples, il y a des hauts et des bas. Nous nous sommes disputés. Il n'y a pas eu de violence !
Depuis un an, nous subissons des pressions judiciaire et médiatique insupportables. Nous sommes épuisés.
Hier après-midi, j'ai retiré la plainte que les gendarmes m'avaient suggéré de déposer.
Je condamne les fausses informations et les commentaires scandaleux propagés par une certaine presse. Tout ceci relève de la propagande et de la diffamation.»

«L'ancien boxeur a été interpellé le mercredi matin dans l'Essonne, après une plainte déposée par son ex-compagne mardi après-midi», avait de son côté relaté Franceinfo le 8 janvier. 

Le même jour, Le Parisien avait pour sa part expliqué que «des militaires de Lardy [étaient] intervenus après un appel de la victime». Citée par le quotidien francilien, celle-ci a affirmé avoir eu une altercation avec son compagnon alors qu'il venait «récupérer les enfants du couple». «Des échanges d'insultes auraient fusé puis Dettinger aurait bousculé sa conjointe contre une voiture, sans toutefois que celle-ci ne tombe ou soit blessée», peut-on lire dans les colonnes du Parisien ce 9 janvier.

Entendu sur directive du Parquet

Quant à Christophe Dettinger, «il a effectivement été entendu sur directive du Parquet sous le régime de la garde à vue» détaille notre source, précisant que l'ancien champion de boxe s'était montré «coopératif».

De fait, celui qui avait été condamné le 13 février 2019 à un an de prison ferme pour avoir commis des violences à l'encontre de gendarmes lors d'une manifestation de Gilets jaunes le mois précédent, avait par la suite été placé sous bracelet électronique, le 3 juin 2019, pour purger la fin de sa peine. Il était jusqu'alors placé en régime de semi-liberté dans le centre de Corbeil-Essonnes, où il devait rentrer chaque soir, dès 18h.

Relevant du fait divers, la récente garde à vue de Christophe Dettinger a rapidement suscité une vague de réactions sur les réseaux sociaux, tantôt hostiles, tantôt en faveur de l'ancien champion de boxe.

Fabien Rives

Lire aussi : L'ancien boxeur Dettinger va porter plainte contre Macron pour «injure raciale» et «diffamation»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»