Delevoye démissionne de son poste dans le privé et s'engage à rembourser le salaire perçu

Delevoye démissionne de son poste dans le privé et s'engage à rembourser le salaire perçu© DOMINIQUE FAGET Source: AFP
Jean-Paul Delevoye, Haut-commissaire aux retraites, lors d'une consultation avec différents partenaires sociaux et syndicaux, le 9 décembre 2019 à Paris (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Jean-Paul Delevoye a fait l'objet de nouvelles révélations. Parallèlement à ses activités de Haut-commissaire aux retraites, il occupait le poste de président d’honneur du think tank Parallaxe, pour lequel il a touché près de 140 000 euros.

Jean-Paul Delevoye, Haut-commissaire aux retraites, n’en finit plus de faire parler de lui dans un contexte pour le moins tendu de mouvements de grèves opposés à la réforme des retraites. En effet, l’ancien ministre de Jacques Chirac a perçu, depuis deux ans et ce jusqu’au 10 décembre, plus de 5 368,38 euros par mois pour son poste de président d’honneur du think tank Parallaxe, en plus de son salaire de fonctionnaire en tant que Haut-commissaire aux retraites.

Face à ces révélations, Jean-Paul Delevoye s’est empressé de démissionner de son poste dans le secteur privé, avant de s’engager, le 10 décembre, à rembourser les sommes reçues par Parallaxe, si celles-ci sont jugées «incompatibles» par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) avec sa fonction gouvernementale, d’après Libération.

Peu de temps après, le 11 décembre au soir, sans même attendre la décision de la HATVP, le Haut-commissaire aux retraites a fait savoir à CheckNews, qu’il allait rembourser au think tank l’intégralité de ce qu’il a perçu en tant que président d’honneur. Depuis son entrée au gouvernement en tant que Haut-commissaire à la réforme des retraites en septembre 2017, Jean-Paul Delevoye a ainsi touché près de 140 000 euros.

Un emploi polémique pénalement répréhensible

Jean-Paul Delevoye pourrait tomber sous le coup de la loi. Effectivement, cumuler un poste au gouvernement avec «toute fonction de représentation professionnelle à caractère national et de tout emploi public ou de toute activité professionnelle» est formellement prohibé par l’article 23 de la Constitution. «Le principe d'incompatibilité sert à garantir l'impartialité des membres du gouvernement, à les protéger des intérêts privés», analysait Jean-Christophe Picard, président de l'association Anticor, dans Capital.

Le principe d'incompatibilité sert à garantir l'impartialité des membres du gouvernement, à les protéger des intérêts privés

En outre, l’entourage du Haut-commissaire aux retraites «a même énuméré une série de travaux et de participations à des interventions, de peur peut-être que cet emploi ne soit, à l'extrême inverse, qualifié de "fictif"», selon Le Parisien.

Le 8 décembre, alors que la France s'apprêtait à vivre son cinquième jour consécutif de grève générale contre la réforme des retraites portée par l'exécutif, Le Parisien révélait que Jean-Paul Delevoye avait omis dans sa déclaration d'intérêts de signaler son mandat bénévole au sein d'une structure de formation des professions de l'assurance (Ifpass), dont il était l’administrateur depuis 2016. Selon une source proche du dossier au journal Le Parisien, Jean-Paul Delevoye, chargé de la réforme des retraites depuis 2017, est de ce fait «étroitement lié au monde de l’assurance». Aussi, son mandat au sein de l’Ifpass pourrait constituer, selon la source interrogée par le quotidien, un conflit d’intérêt majeur vis-à-vis de la réforme des retraites en projet, «notamment parce que l’ensemble du secteur est intéressé par la réforme».

Lire aussi : Retraites : dénonçant un conflit d'intérêt, l'opposition réclame des comptes à Delevoye

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix