Grève du 5 décembre : qui est mobilisé et pourquoi ?

Grève du 5 décembre : qui est mobilisé et pourquoi ?© Clément Mahoudeau Source: AFP
Des personnes se rassemblent devant l'université Saint-Charles, le 5 décembre 2019, à Marseille (image d'illustration).

Pour cette grande journée de mobilisation contre la réforme des retraites par le gouvernement, de nombreux secteurs sont en grève : transports, éducation, justice ou encore police. Quelles sont les revendications de ce mouvement social ?

Le 5 décembre est une date importante pour tous ceux qui entendent faire reculer le gouvernement sur son projet de réforme du système des retraites. A l’appel des syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires, un grand mouvement de grève interprofessionnel a été décrété dans de nombreux secteurs comme les transports, l’éducation, l’énergie, les hôpitaux ou encore la police, partout en France. Tandis que les contours du projet de réforme sont maintenus dans le flou par le gouvernement, les grévistes réclament des garanties sur l’âge de départ à la retraite ainsi que sur le montant des pensions dans le futur système à points porté par Emmanuel Macron.

Les syndicats demandent un «autre projet» de réforme

«Avec ce projet de réforme, nous serons toutes et tous perdantes», pouvait-on lire dans un communiqué de la CGT du 28 novembre. En effet, selon les syndicats contestataires, la réforme aurait un double effet : un allongement de la durée de cotisation ainsi qu’une diminution des pensions de retraite. «Malgré des signaux révélateurs d’un rejet massif du régime de retraite par points, le gouvernement poursuit son projet de réforme qui aura pour conséquences de diminuer le niveau des pensions et de dégrader les droits de toutes et tous, particulièrement des plus précaires», faisait encore valoir la CGT, FO, la FSU, Solidaires, l’UNL et l’UNEF, dans un communiqué de presse commun publié le 29 novembre.

Alors que les détails concrets de la réforme ne sont pas encore définitivement posés, les organisations syndicales cherchent à instaurer un rapport de force avec le gouvernement. «On veut un autre projet pour rendre le système actuel pérenne», a insisté Philippe Martinez, secrétaire générale de la CGT, ce 5 décembre face à Jean-Jacques Bourdin. Selon lui, les salariés, quels qu’ils soient, seront amenés à «travailler plus longtemps» sans garantie de la «valeur du point» ni des «mécanismes qui vont le faire évoluer ou diminuer». Réclamant un «autre projet pour rendre le système actuel pérenne», le représentant syndical a assuré que la réforme allait «accentuer les inégalités et faire baisser les pensions».

Certaines entités des syndicats Unsa et CFDT, pourtant rares organisations à se montrer favorables à l’instauration d’un système par points, ont également décidé de se joindre au mouvement. La CFDT-Cheminots avait par exemple déposé un préavis de grève, tout comme Unsa Transport ou Education.

De nombreux secteurs mobilisés

Transports

La grève est très suivie dans les transports avec un trafic «fortement perturbé sur les réseaux» de la RATP, onze ligne sur seize étant fermées, tout comme sur ceux de la SNCF. D’après l’entreprise publique, environ 90% des trains sont supprimés (1 TGV sur 10, 1 Transilien sur 10, 1 Intercités sur 10, 1 TER sur 5). A la SNCF, les quatre syndicats représentatifs – la CGT-Cheminots, l’Unsa ferroviaire, Solidaires Rail et la CFDT-Cheminots – avaient décidé de lancer un appel à un mouvement de grève illimité.

Dans le transport aérien, trois syndicats d’Air France ainsi que le troisième syndicat de pilotes (Alter) ont eux aussi appelé à la grève, tous comme leurs collègues de l’USAC-CGT de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC, contrôleurs aériens). La DGAC a prévu une diminution de ses capacités de 20%, forçant Air France à annuler environ 30% de ses vols intérieurs et 15% de ses vols moyen-courrier.

Education nationale

Les principaux syndicats du secteur (Snes-FSU, SE-Unsa, le Snalc, Solidaires, Snuipp-FSU) ont également appelé les 900 000 enseignants du premier et second degré à se mettre en grève. Selon le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, près de 70% des enseignants sont déclarés grévistes ce 5 décembre et 40% des écoles ont maintenu leurs portes closes. «Le milieu rural est plus massivement en grève que le milieu urbain, c’est frappant», note l’organisation auprès de l’AFP. Dans les collèges et les lycées, le Snes-FSU a avancé le chiffre de 75% de grévistes. Le syndicat demande un retrait de la réforme.

Les personnels non enseignants (Atsem) seront mobilisés tous comme les personnels de cantine ou les agents mobilisables en cas de mouvement de grève important afin de remplacer les enseignants. De plus, l’accueil devrait être perturbé dans beaucoup de crèches municipales.

Police/Justice

A l’appel des syndicats Alliance et Unsa, des «action reconductibles» sont prévues dans différents services de police, de 10h à 15h, comme des fermetures de commissariats, des contrôles renforcés aux aéroports et aux péage ou encore des refus de rédiger des PV. Mais pas question pour autant de se joindre aux différents cortèges de manifestants, les policiers devant «manifester autrement», d’après le secrétaire générale d’Alliance, Fabien Vanhemelryck, cité par l’AFP. Les gardiens de la paix réclament un maintien de leur régime spécial.

Côté justice, le Conseil national des barreaux a voté une journée «justice morte» ce 5 décembre afin de défendre leur «régime autonome» qui, selon eux, ne coûte «pas un euro» au contribuable et fonctionne «parfaitement».

Energie, Santé, Carburant …

D’autres secteurs seront également touchés comme l’énergie, trois des quatre syndicats représentatifs (CGT, FO et CFE-CGC-Unsa) ayant appelé à la grève. Des coupures de courant pourraient se produire dans des bâtiments publics d’Etat ou d’opérateurs privés.

Les hôpitaux seront eux aussi mobilisés dans un contexte de grève des urgences qui dure depuis huit mois. Néanmoins, le mouvement pourrait n’être que peu suivi, une autre journée d’action étant prévue le 17 décembre.

Selon la CGT-Chimie, sept des huit raffineries françaises sont aujourd'hui en grève contre la réforme. Enfin chez Renault et PSA, le syndicat a aussi appelé à la grève.

Quant aux Gilets jaunes, certains devraient également prendre part à la mobilisation. Lors de leur Assemblée des assemblées, à Montpellier, le 3 novembre, des partisans du mouvement citoyen se sont en effet prononcés en faveur de la grève. «L'Assemblée des assemblées de Montpellier appelle les Gilets jaunes à être au cœur de ce mouvement, avec leurs propres revendications et aspirations, sur leurs lieux de travail ou sur leurs ronds-points, avec leurs gilets bien visibles !», ont fait savoir, dans un communiqué, des membres du mouvement. Plusieurs figures, notamment médiatiques, du mouvement avaient par ailleurs appelé à «se mobiliser le 5 décembre et les jours d'après». «Ce n'est pas un appel à soutenir les directions syndicales, mais à se joindre à la base», expliquaient-ils, évoquant un «rendez-vous avec l'Histoire».

Lire aussi : Les cadres aussi se mobilisent contre «une réforme des retraites inutile et dangereuse»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»