Soirée de violences urbaines dans les Yvelines, un chapiteau de cirque incendié

Soirée de violences urbaines dans les Yvelines, un chapiteau de cirque incendié© Lilaafa Amouzou/RT France
images
Le chapiteau détruit par les flammes le 2 novembre.

Le ministre de l'Intérieur et plusieurs personnalités politiques se sont indignées à la suite d'une soirée de violences urbaines dans la ville de Chanteloup-les-Vignes dans les Yvelines où un grand chapiteau de cirque a notamment été incendié.

La soirée a été mouvementée dans la ville de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), dans la grande banlieue parisienne. Selon l'AFP, des policiers ont été pris pour cible par «une trentaine de jeunes», au plus fort des violences, le 2 octobre, entre 19h et 23h.

Les policiers ont été, selon l'AFP, visés «avec des jets de cocktails molotov», puis ciblés par des pétards et des mortiers. Un chapiteau de cirque a été incendié. Les images des tirs de pétards et du feu ont été largement partagées sur les réseaux sociaux. 

Selon un journaliste indépendant présent sur place, le calme est revenu aux «alentours de minuit». 

Le préfet des Yvelines, Jean-Jacques Brot, a condamné la destruction de l'édifice «qui prive la population d'un lieu de culture précieux et reconnu».

La structure de bois brûlée, dont la construction a coûté 800 000 euros, appartenait à la Compagnie des contraires, une association de cirque implantée depuis près de 30 ans dans la ville. Interrogé par l'AFP, le maire Les Républicains de la ville, Catherine Arenou, a déploré la perte d'une «une école sociale du cirque», qui «accueille beaucoup d'enfants» et entend chercher une solution de repli. Selon l'édile, le chapiteau n'a pas été le seul bâtiment public pris pour cible ce soir là.« Il y a eu quelques essais sur le bureau d'information jeunesse qui a été fracturé. On a retrouvé de l'essence à l'intérieur et il y a eu une tentative d'incendie», a-t-elle déclaré. 

Sur Twitter, la déléguée nationale du syndicat de policiers Unité SGP Police, Linda Kebbab, a avancé la somme de trois millions d'euros de dégâts sans que RT France soit en mesure de vérifier cette information. 

Christophe Castaner condamne des «actes lâches et imbéciles» 

Le ministre de l'Intérieur a condamné les agresseurs de «policiers et pompiers» sur Twitter. «J'ai pleine confiance en la [police] pour identifier les auteurs de ces actes lâches et imbéciles et les traduire en Justice», a-t-il déclaré.

Côté politique, plusieurs personnalités de droite se sont indignées de l'attaque, qui s'inscrit dans un contexte de multiplication de violences urbaines et d'agressions des représentants de l'Etat. 

«Le Gouvernement est incapable de faire respecter l'ordre !», s'est indigné sur le réseau social le chef du parti Debout la France Nicolas Dupont-Aignan évoquant une agression perpétrée par une «trentaine de racailles». «A quand le rétablissement de l'autorité ?», s'est interrogée dans la même veine l'ancienne ministre Rachida Dati, parlant de «violences urbaines quotidiennes». 

La députée MoDem des Yvelines, Michèle de Vaucouleurs, a quant à elle fait part de sa tristesse et de sa colère «suite aux événements de la nuit». 

Plusieurs cas de violences urbaines on marqué l'actualité récente, notamment l'incendie de plusieurs établissements scolaires de Béziers lors de la nuit d'Halloween (entre le 31 octobre et le 1er novembre), où policiers et pompiers ont, eux aussi, été visés par des tirs de projectiles. 

Le 25 octobre, une centaine de personnes s'en sont prises aux forces de l'ordre dans le quartier sensible du Val Fourré, à Mantes-la-Jolie (Yvelines). Au cours des heurts avec la police, un jeune homme a été sérieusement touché à l’œil, tandis qu'un policier a été blessé à la cuisse par un tir de mortier. Des faits similaires de moindre intensité ont eu lieu le même soir dans d'autres quartiers du département. 

Lire aussi : Un homme blessé à l’œil dans des heurts avec la police à Mantes-la-Jolie (VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»