Mise en examen de Richard Ferrand : ces déclarations embarrassantes de 2017 qui refont surface

Mise en examen de Richard Ferrand : ces déclarations embarrassantes de 2017 qui refont surface© Guillaume Souvant Source: AFP
en continu
Edouard Philippe et Richard Ferrand, le 11 septembre 2018, à Tours (image d'illustration).

Richard Ferrand a fait savoir qu'il resterait président de l'Assemblée après sa mise en examen. Or, d'anciennes déclarations de l'intéressé et d'autres membres du camp Macron, datant de 2017, semblent s'inscrire en porte-à-faux avec cette décision.

Mis en examen ce 12 septembre pour «prise illégale d'intérêts» dans l'affaire immobilière des Mutuelles de Bretagne, Richard Ferrand a immédiatement annoncé, dans un communiqué transmis à l’AFP, être «déterminé à poursuivre [sa] mission» à la tête de l'Assemblée nationale. Lors de son élection au perchoir en septembre 2018, déjà, il avait averti à demi-mot qu'il ne démissionnerait pas en cas de mise en examen. «Le Parlement a son indépendance. Par conséquent, les parlementaires n'ont pas à être dans la main de l'autorité judiciaire», avait-il déclaré en soulignant qu'un «certain nombre de parlementaires mis en examen» continuaient à «exercer leur mandat».

Néanmoins, plusieurs déclarations de 2017 provenant du camp Macron, dont certaines du principal intéressé, semblent aller à l’encontre de ce vœu formulé par l’ancien ministre.

Quand Ferrand s'en prenait au candidat Fillon, l'«homme mis en examen» 

Lors de la campagne présidentielle de 2017, Richard Ferrand a tancé de nombreuses fois le candidat François Fillon, allant même jusqu’à demander le retrait de sa candidature, après sa mise en examen dans l’affaire éponyme, concernant des accusations d'emplois fictifs et d'embauches familiales. 

En février 2017, invité de la matinale de Public Sénat et Sud Radio, Richard Ferrand s'était alarmé du fait que «cette affaire ne profite pas à la démocratie» en renforçant «le sentiment de scepticisme qu'ont beaucoup de nos concitoyens sur la probité, le sérieux, de son personnel politique».

«Fillon s'est présenté comme un saint et s'est positionné en martyr […] Cela souille tous les élus de France», a-t-il expliqué le 3 mars 2017 sur le plateau de France Inter. Quelques semaines plus tard, début avril, toujours sur l’antenne de la radio publique, celui qui était député socialiste du Finistère se demandait si François Fillon allait pouvoir «retrouver une crédibilité après ce qui lui est arrivé», ajoutant que les «les Françaises et les Français se demandent, au-delà de savoir si ce qu'il a fait est légal, si c'était acceptable».

Et en avril de la même année, il avait fustigé sur Twitter une «droite» qui «voudrait que soit placé dans nos mairies et nos écoles le portrait d'un homme mis en examen, qui a perdu toute autorité morale»...

Castaner en juin 2017 : si le ministre Ferrand «était mis en examen, il serait immédiatement démis de ses fonctions»

A l'issue de l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République en mai 2017, Richard Ferrand est nommé ministre de la Cohésion des territoires. Or, dans son édition du 24 mai, Le Canard enchaînédéclenche par ses révélations l'affaire des Mutuelles de Bretagne.

Présent sur le plateau de LCI, le 1er juin 2017, pour commenter l’ouverture d'une enquête préliminaire à ce sujet, Christophe Castaner, à l’époque secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement, rappelait les règles claires fixées par Matignon. «Le Premier ministre a fixé une règle : si Richard Ferrand était mis en examen, il serait immédiatement démis de ses fonctions», avait-il assuré.

Deux jours plus tôt sur Twitter, Edouard Philippe avait en effet déclaré qu'«un ministre mis en examen devra[it] démissionner».

Richard Ferrand quittera finalement ses fonctions au sein du gouvernement le 19 juin 2017 sans avoir été mis en examen, pour rejoindre les rangs des députés.

C'est, deux ans plus tard, en tant que président de l'Assemblée nationale que Richard Ferrand se trouve mis en examen – une première. Et l'exécutif, pour l'instant, ne semble pas y voir d'incompatibilité : le président de la République garde en effet «toute sa confiance» en Richard Ferrand, a fait savoir la porte-parole du gouvernement ce 12 septembre.

Lire aussi : «Affairisme», «présumé innocent» : la mise en examen de Richard Ferrand fait réagir (EN CONTINU)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»