Insultes, jets de bouteilles : le stand LREM à la Braderie de Lille pris pour cible

Insultes, jets de bouteilles : le stand LREM à la Braderie de Lille pris pour cible© PHILIPPE HUGUEN Source: AFP
Des policiers patrouille lors de la Braderie de Lille, le 2 septembre 2017 (image d'illustration).

Présents à Lille où ils tenaient un stand lors de la traditionnelle Braderie de Lille, des militants de la République en Marche ont été la cible de projectiles et d'invectives. Selon des responsables du mouvement, un membre du parti a été blessé.

Le 31 août, en fin d'après-midi, le stand de la République en marche (LREM) à la Braderie de Lille a été la cible de violences. Un militant du parti a été blessé, selon des responsables du mouvement. D’après la La Voix du Nord, «la tension est montée à l’arrivée de la candidate investie par LREM, Violette Spillebout, en compagnie du délégué général du parti, Stanislas Guérini. Tous deux ont été apostrophés par un comité d’accueil hostile. Et les coups ont rapidement succédé aux mots». Leurs auteurs ont par la suite pris la fuite à l'arrivée des renforts de police, selon la même source. 

«Une quinzaine de personnes, alcoolisées et agressives, ont jeté des projectiles et de la bière sur le stand», a affirmé à l'AFP l'équipe de la candidate. «Nous avons appelé la police et nous ne sommes pas restés sur place», a-t-elle ajouté. La même source a en outre affirmé que les violences «visaient le mouvement dans son ensemble plus que la candidate car le groupe avait déjà commencé à chahuter le stand dès le matin aux cris de "Macron démission"». 

«Indignée par les attaques gratuites et violentes qui ont écourté notre visite avec Stanislas Guérini sur les stands de la République en Marche et des autres formations politiques Porte de Paris», a tweeté Violette Spillebout. «Tout mon soutien et mes pensées pour les marcheurs agressés et merci aux forces de l'ordre.»

La maire socialiste de la ville, Martine Aubry, a également condamné les violences contre le stand représentant la majorité présidentielle.

«Nous prendrons toutes les dispositions demain [le 31 août], si En Marche le souhaite, pour que leur présence puisse être assurée dans les meilleures conditions», a-t-elle ajouté dans un second tweet.

Au cours de ces dernières semaines, des permanences de députés LREM ainsi que des locaux du parti ont été vandalisés ou dégradés par des actions diverses. Ces actes avaient alors été vivement condamnés par la classe politique.

Lire aussi : Permanences LREM vandalisées : la démocratie est-elle en danger ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»