Saccage de permanences LREM : Castaner compare ces actes à des attentats (VIDEO)

Saccage de permanences LREM : Castaner compare ces actes à des attentats (VIDEO)© Lionel BONAVENTURE Source: AFP
Christophe Castaner et Edouard Philippe à Matignon le 30 juillet 2019 (image d'illustration).

Christophe Castaner était apparu muet au côté du Premier ministre à Matignon le 30 juillet après la découverte du corps de Steve Maia Caniço. Mais il a repris la parole le 31 juillet pour comparer les dégradations de permanences LREM à des attentats.

Après les multiples dégradations constatées dans des permanences parlementaires du parti présidentiel, Christophe Castaner a réagi le 31 juillet en se rendant dans un des locaux mis à sac à Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales.

Le ministre de l'Intérieur a comparé ces saccages à des attentats au micro de médias présents sur place : «Le principe de l’attentat, c’est de préparer l’acte et là nous sommes face à des gens qui avaient acheté des bidons d’essence, qui étaient équipés et qui ont tenté d’attenter à la vie d’un parlementaire présent dans la permanence. Donc oui, pour moi, c’est un acte criminel, comme on en a connu d’autres, ailleurs, et il mérite qu’on mobilise tous les moyens de recherches contre ceux qui ont fait ça.»

Ciblant plus spécifiquement les manifestations des Gilets jaunes, Christophe Castaner a également déclaré que «certains ont profité des manifestations des Gilets jaunes pour porter cette violence» : «C'est l'image du coucou. Les violents viennent dans le nid d'une manifestation, quelle qu'elle soit, et ensuite peuvent en profiter pour porter leur haine du système, quel qu'il soit. [...] On voit bien qu'au fond ces gens-là veulent juste détruire, ce sont des brutes. Les moyens de la police sont totalement engagés pour trouver les auteurs de cela. [...] Nous identifierons les responsables comme cela a été le cas pour la quasi-totalité des actes de vandalisme, d’attaque, de dégradation, de violence ou de vol qu’on a connus pendant les manifestations des Gilets jaunes.»

Après plusieurs déclarations maladroites au cours de l'hiver et du printemps, notamment le 1er mai à propos d'une supposée invasion de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière par des manifestants, Christophe Castaner est à présent sous le feu des critiques pour sa gestion de l'affaire Steve Maia Caniço disparu le soir du 21 juin à Nantes au moment d'une opération de police et dont le corps a été retrouvé dans la Loire le 29 juillet.

A l'instar de BFMTV, LCI et Le Figaro, plusieurs médias ont considéré que le ministre de l'Intérieur était fragilisé à son poste, ce qui a été ensuite démenti par le gouvernement qui a dit lui apporter «tout son soutien». On a notamment vu le ministre de l'Intérieur, mutique, apparaître au côté d'Edouard Philippe qui faisait une déclaration à Matignon après la publication d'un compte-rendu du rapport de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) sur cette affaire.

Lire aussi : Affaire Steve : inquiétudes après le rapport de l'IGPN... une «affaire d'Etat» ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»