«La mort de notre agriculture des territoires» : manifestation devant l'Assemblée contre le Ceta

«La mort de notre agriculture des territoires» : manifestation devant l'Assemblée contre le Ceta Source: RT France
Rassemblement pour protester contre le Ceta devant l'Assemblée nationale le 16 juillet 2019.

Des agriculteurs se sont rassemblés ce 17 juillet devant l'Assemblée nationale pour protester contre la ratification par la France de l'accord de libre-échange CETA, alors que les députés en débattaient.

Malgré la moisson qui bat son plein, une petite centaine de paysans se sont déplacés ce 17 juillet devant l'Assemblée nationale pour manifester contre la ratification du Ceta, traité entre l'Union européenne et le Canada qui, selon eux, menace le modèle agricole français. Ce rassemblement se tenait alors qu'a l'intérieur de l'hémicycle avait lieu le débat sur la ratification par la France de l'accord de libre-échange.

Avec le Ceta, «il y a plus de 30 000 éleveurs qui vont être en difficulté financière, combien y aura-t-il de morts à venir ?», a interrogé un agriculteur au micro de RT France, faisant valoir un déjà trop élevé taux de suicide dans la profession.

Une demi-douzaine de députés de divers bords de l'opposition étaient venus apporter leur soutien aux agriculteurs, mais ne se faisaient guère d'illusion sur une victoire du «non» à l'Assemblée.

Parmi eux, Nicolas Dupont-Aignan, pour qui la ratification du Ceta «va définitivement tuer l'agriculture française». Le président de Debout la France (DLF) explique qu'avec l'entrée en vigueur de ce traité, le consommateur français ne pourra plus savoir ce qu'il y a dans son assiette car en Amérique du nord, au Canada notamment, les bêtes «ne sont pas tracées» et l'on ignore ainsi comment elles sont élevées et ce qu'elles mangent. Le leader de parti dénonce à cet égard «un nivellement par le bas de notre alimentation, une perte de confiance dans la qualité des produits et la mort de notre agriculture des territoires et donc de nos agriculteurs».

Même constat du côté d'André Chassaigne. Le député communiste tire la sonnette d'alarme sur un abaissement des normes alors que, selon lui, «il faut au contraire élever les questions environnementales et sociales, il faut éviter de transporter des produits d'un bout de la planète à l'autre alors qu'on a chez nous les productions nécessaires».

Le vote du projet de loi sur la ratification de l'accord de libre-échange entre le Canada et les pays de l'Union européenne devait initialement intervenir à l'issue des débats ce 17 juillet au soir, une décision dénoncée comme «inacceptable» par la gauche. Mais un scrutin public a finalement été programmé le 23 juillet, la présidence de l'Assemblée arguant du «grand nombre» de députés impliqués et du risque d'un «vote tardif».

Lire aussi : Projet de loi sur le CETA : suivez en direct le débat à l'Assemblée nationale

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»