LREM rend hommage à Simone Veil au Panthéon devant quelques dizaines de sympathisants (VIDEOS)

LREM rend hommage à Simone Veil au Panthéon devant quelques dizaines de sympathisants (VIDEOS)© Lucas Léger / RT France
L'hommage à Simone Veil au Panthéon, le 9 mai.

LREM s'est réuni le 9 mai au Panthéon afin de rendre hommage à Simone Veil. L'évènement a peiné à rassembler malgré la présence de têtes d'affiche du parti et du fils de Simone Veil, par ailleurs candidat sur la liste de Nathalie Loiseau.

La liste Renaissance de Nathalie Loiseau pour les européennes organisait le 9 mai à 19h45 un hommage à Simone Veil, sur la place du Panthéon, dans le Ve arrondissement de Paris. Selon Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, qui pourrait être sur la sellette, les organisateurs de l’événement voulaient «rendre hommage à Simone Veil et à la contribution décisive qu'elle a apportée à la construction européenne».

D'après notre journaliste sur place, seulement «quelques dizaines de sympathisants LREM» étaient présents malgré la participation de personnalités du parti parmi lesquels Benjamin Griveaux, Gilles Le Gendre, Mounir Mahjoubi ou encore la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn.

Nathalie Loiseau a également participé à l’hommage, accompagnant Jean Veil, le fils de l’ancienne présidente du Parlement européen et candidat pour les européennes sur la liste Renaissance. Celui-ci a expliqué, devant les caméras de BFMTV qu'il était le seul à pouvoir «parler au nom de Simone Veil, et personne d'autre», ajoutant que sa «maman aurait suivi les recommandations et apporté son soutien au président Emmanuel Macron».

Egalement de la partie, Cédric Villani, député de l’Essonne, précise à RT France : «C’est important pour moi [d’être ici] car l’Europe a été mon premier engagement en politique, dès 2010, et c’est peut-être le dénominateur commun le plus important pour les marcheurs. Nous croyons dans une Europe plus forte, une Europe qui se construit et se bâtit dans la démocratie et le progrès avec une conscience aigüe du futur.»

Un événement en petit comité qui ne suffira sans doute pas à faire oublier la campagne du parti présidentiel, qui demeure en difficulté après les propos, le 6 mai au Mémorial de Caen, de Nathalie Loiseau sur le «blitzkrieg positif» ou encore la révélation de l'appartenance de l'ancienne ministre des Affaires européennes à une liste proche du GUD lorsqu’elle était étudiante. L'ancienne présidente de l'ENA avait également été accusée de banaliser l'homophobie dans son livre L'Europe en BD.

Lire aussi : «La paix n'est plus un acquis» : le discours anxiogène du programme européen de LREM sur la défense

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»