La tête de liste LREM avait «complètement oublié» avoir figuré sur une liste étudiante proche du GUD

La tête de liste LREM avait «complètement oublié» avoir figuré sur une liste étudiante proche du GUD© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Nathalie Loiseau.

«Erreur» de jeunesse ? L'ex-ministre Nathalie Loiseau, qui mène la liste LREM aux européennes et se présente comme opposante à Marine Le Pen a figuré, lorsqu'elle était étudiante à Sciences Po, sur une liste avec un conseiller... de Marine Le Pen.

Celle qui se présente comme l'adversaire de Marine Le Pen aux Européennes fut-elle un jour à la droite de la droite ? Ce 22 avril, Mediapart révèle que Nathalie Loiseau, tête de liste de La République en Marche (LREM) pour les élections européennes, figurait en 1984 sur une liste du syndicat étudiant de l'Union des étudiants de droite (UED), en vue de l'élection des délégués étudiants au conseil de direction et à la commission paritaire de Sciences Po.

L'organisation, dissoute deux ans plus tard, prônait alors l'union des courants de droite maurrassiens, indépendants, ou encore gaullistes. Mais surtout, elle comptait en son sein, selon Mediapart, des militants issus pour certains des rangs du Groupe union défense (GUD), aujourd'hui dissous. 

Nathalie Ducoulombier, le nom de jeune fille de l'ancienne ministre chargée des Affaires européennes d'Emmanuel Macron, alors étudiante, apparaît en effet sur le document révélé par Mediapart, en sixième position. Un peu plus haut sur la liste, on retrouve le nom de Christophe Bay, proche de Marine Le Pen et présenté par le média d'investigation comme l'un des conseilles officieux du Rassemblement national (RN).

«J'avais complètement oublié cet épisode»

Approché par Mediapart, l'entourage de Nathalie Loiseau a tout d'abord assuré que le document était «un faux». Après l'authentification de celui-ci, la candidate macroniste a ensuite assuré qu'elle n'avait «aucun souvenir» de son apparition sur cette liste, avant de reconnaître une «erreur».

Le 22 avril, elle livre ses explications : «A ce moment-là, j’ai été, d’après mes recoupements – parce que pour être tout à fait honnête j’avais complètement oublié cet épisode –, approchée pour participer à une liste qui voulait accentuer le pluralisme à Sciences-Po, alors quasi inexistant, et qui cherchait des femmes. J’ai dit oui.»

Assurant ne pas s'être «plus que cela intéressée à cette liste», Nathalie Loiseau ajoute qu'elle aurait «sans doute dû regarder de plus près de quoi il s’agissait». Elle affirme ne jamais avoir «milité, tracté, fait campagne» pour le syndicat. Et d'ajouter : «Je m'en souviendrais.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»