Revenants du djihad : les atermoiements de l'exécutif serviront-ils l'opposition aux européennes ?

Revenants du djihad : les atermoiements de l'exécutif serviront-ils l'opposition aux européennes ?© Philippe Wojazer Source: Reuters
Emmanuel Macron à l'Elysée le 2 avril 2019 (image d'illustration).

Au fil des attaques terroristes islamistes commises en France, les annonces du gouvernement concernant le sort des «revenants» de la zone irako-syrienne se sont égrenées, mais une crispation sur ce sujet semble se faire jour en vue des européennes.

Jean-Yves Le Drian, Nicole Belloubet, Florence Parly, Christophe Castaner, Edouard Philippe, Emmanuel Macron... La multiplication des interventions au sommet de l'Etat sur le sujet des «revenants» des terres du djihad irako-syriennes au tournant de l'hiver 2018-2019 a-t-elle créé une situation confuse sur le plan de la communication ? Du moins, elle paraît traduire un embarras politique pour le gouvernement qui semble acculé et faire montre d'une posture d'inflexibilité, alors que l'échéance des élections européennes approche et que toute hésitation sur le sujet pourrait profiter à d'autres forces politiques dans les urnes.

Emmanuel Macron a été pris de court, selon l'analyse du magazine Valeurs actuelles, lorsque Laurent Wauquiez, patron des Républicains, a proposé le 25 mars 2019 un «Nuremberg des djihadistes», c'est-à-dire un tribunal international qui permettrait de juger ces individus tout en évitant leur retour sur les territoires européens dont ils sont issus. L'hebdomadaire assure qu'Emmanuel Macron avait déjà été séduit par cette même idée développée lors d'un Conseil de défense tenu à huis clos au mois de janvier.

S'il y a des prisonniers en Irak, c'est aux autorités judiciaires irakiennes de traiter la situation des hommes et des femmes combattantes

Depuis que la question a été posée clairement par les médias à la fin de l'année 2017, notamment au ministre des Affaires étrangères et au garde des Sceaux, deux grandes tendances se sont dégagées : la fermeté et les valeurs républicaines. Dès le mois d'octobre, cette année-là, le ministre des Armées, Florence Parly, avait prôné la fermeté en déclarant sur Europe 1 : «S'il y a des djihadistes qui périssent dans ces combats, je dirais que c’est tant mieux et s'ils tombent entre les mains des forces syriennes et bien ils dépendront de la juridiction des forces syriennes.»

Sur la même radio, le 10 novembre 2017, Jean-Yves Le Drian avait annoncé que les combattants djihadistes seraient jugés pour leurs méfaits dans la zone où ils les avaient commis : «S'il y a des prisonniers en Irak, les choses sont simples, c'est aux autorités judiciaires irakiennes de traiter la situation des hommes et des femmes combattantes», avait alors assuré le chef de la diplomatie française au micro de Patrick Cohen. Et de préciser : «Ils savaient très bien ce pour quoi ils se rendaient sur place, c'est-à-dire pour combattre avec Daesh. Donc ce sont des ennemis, ils ont combattu la France. Ils ont contribué à faire en sorte qu'il y ait des attentats dans ce pays.»

D'autre part, Nicole Belloubet a fait savoir le 14 décembre 2017 sur Public Sénat que des djihadistes étaient déjà revenus par dizaines et qu'ils étaient judiciarisés dès leur arrivée en France, mais qu'il s'agissait en partie de femmes et d'enfants.

Ensuite, à la fin du mois de mars 2018, seulement quelques jours après les attentats djihadistes de Trèbes et Montauban, Christophe Castaner (alors secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre) déclarait sur Europe 1 qu'il préférait «accueillir» les «revenants» : «Environ 700 Français sont partis faire le djihad, environ 300 sont morts sur place. Il reste selon nos chiffres 258 adultes qui pourraient revenir. [...] Il vaut mieux les suivre, les accueillir, les emprisonner lorsque des actes criminels ont été commis, pour faire en sorte que l'on puisse identifier le risque.»

Les enfants sont plus nombreux que les adultes

Devenu ministre de l'Intérieur en prenant la suite de Gérard Collomb à l'automne 2018, Christophe Castaner a de nouveau évoqué le sujet au mois de janvier 2019 et a déclaré : «D'abord ce sont des Français avant d'être des djihadistes.» Le désengagement annoncé par les Etats-Unis a quelque peu changé la donne : les autorités françaises craignent un éparpillement des djihadistes consécutifs à cette décision et les chiffres de 130 puis 150 djihadistes détenus en Syrie pouvant être rapatriés par la France ont été évoqués, lors de cette séquence qui a duré jusqu'au début du mois de février 2019. Le ministre de l'Intérieur assurait alors : «Certains sont déjà revenus et sont incarcérés, nous les connaissons. Ceux qui reviendront seront écroués.»

Interrogée le 31 janvier sur RTL, Nicole Belloubet a quant à elle estimé que ces «revenants», détenus par les Forces démocratiques syriennes majoritairement kurdes, sont «principalement des enfants mineurs» : «Ces enfants soit sont nés là-bas, soit sont partis tout petits de France avec leurs parents. [...] Les enfants sont plus nombreux que les adultes.» Et de préciser : «La question la plus importante numériquement est celle des enfants qui sont sur site et qui sont accompagnés de leurs mères, voire de leurs pères. Par rapport à ce que nous savons statistiquement, [...] nous pensons qu'à 75%, ce serait des enfants de moins de sept ans.»

Je préfère qu’ils soient jugés et condamnés sévèrement en France plutôt qu’ils se dispersent dans la nature pour fomenter d’autres actions

La même semaine, le 30 janvier, le Premier ministre Edouard Philippe a pour sa part déclaré sur France Inter : «Je préfère qu’ils soient jugés et condamnés sévèrement en France plutôt qu’ils se dispersent dans la nature pour fomenter d’autres actions y compris contre notre pays.»

Interrogée par Jean-Jacques Bourdin sur RMC/BFMTV le 27 février à propos de la peine de mort que pourraient encourir les djihadistes français en Irak, Nicole Belloubet a déclaré : «Vous savez là aussi qu’il y a une limite, puisque notre pays n’accepte pas la peine de mort et donc si tel est le cas en Irak, évidemment nous interviendrions pour demander que cette peine ne soit absolument pas exécutée, c’est une condition sine qua none.» 

Contrairement à ce que j'ai pu lire ou entendre, il n'y a pas de programme de retour des djihadistes

La vielle, le 26 février, Emmanuel Macron s'était exprimé sur le sujet lors d'une réunion avec les élus du Grand Est à l'Elysée : «La France a toujours eu la même doctrine, qui consiste à dire que ceux qui, dans un théâtre de guerre, ont été incarcérés, en l'espèce par les FDS [Forces démocratiques syriennes] en Syrie et/ou par les autorités irakiennes, sont d'abord et avant toute chose judiciarisés dans ces pays lorsqu'on reconnaît la justice. [...] Nous nous assurons dans ce cas que les droits de la défense sont bien assurés et, en particulier, que s'ils sont condamnés à la peine de mort, que celle-ci soit commuée en une peine à la perpétuité que nous reconnaissons.» Il a ensuite précisé, afin de mettre fin à la polémique : «Contrairement à ce que j'ai pu lire ou entendre, il n'y a pas de programme de retour des djihadistes.»

Fermez le ban ? Pas tout à fait, car les critiques fusent à droite de l'échiquier politique qui a bien compris l'intérêt politique à appuyer sur ce point sensible. Ainsi le député du Pas-de-Calais du Rassemblement national Bruno Bilde a saisi Nicole Belloubet en lui posant une question écrite à propos de la présence «de 280 revenants du djihad en France» : «Le 24 mars 2019, au lendemain de l’anniversaire de la mort du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame lors de l’attentat de Trèbes, Nicole Belloubet a déclaré sur le plateau de BFMTV : "près de 200 adultes et 80 enfants sont déjà revenus (…) et sont extrêmement surveillés." [...] Quel est le vrai du faux ? Où se trouvent réellement ces barbares ? Comment pourraient-ils être surveillés en dehors d’une cellule sachant que nous n’avons pas les effectifs de renseignement pour surveiller les 12 000 fichés S pour radicalisation ? [...] Combien de temps encore le gouvernement va-t-il jouer avec la sécurité des Français ?»

Quel est le vrai du faux ? Où se trouvent réellement ces barbares ?

Il a ensuite précisé : «Alors que 82% de nos compatriotes sont opposés au retour des djihadistes en France et que 67% sont hostiles au "rapatriement" des enfants selon un sondage Odoxa-Dentsu consulting du 28 février dernier, la ministre de la Justice dévoile que près de 300 individus partis combattre sous la bannière noire de l’Etat islamique sont d’ores et déjà revenus dans notre pays.»

Les termes du débat sont donc bien fixés et, avec les élections européennes en ligne de mire, chaque famille politique semble affûter ses armes en attendant les déclarations diverses et variées de l'exécutif. Les «revenants» reviendront-ils ? Sont-ils déjà revenus ? Un «Nuremberg» des djihadistes verra-t-il le jour ? La France volera-t-elle effectivement au secours des condamnés à mort en Irak ? Réponses après les européennes ?

Antoine Boitel

Lire aussi : «J'aurais préféré rentrer dans un pays où il y a plus l'islam», se désole une femme de djihadiste

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»