Mobilisation des enseignants : que reprochent-ils aux réformes Blanquer ?

Mobilisation des enseignants : que reprochent-ils aux réformes Blanquer ?© Geoffroy Van der Hasselt
Manifestants défilant contre le projet de loi pour une école de la confiance du ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer le 4 avril (image d'illustration).

Sept syndicats d'enseignants appellent à la grève le 4 avril, après une mobilisation de 36 000 professeurs le 30 mars. Ils protestent contre la loi Blanquer. Pourquoi ?

Les enseignants battent le pavé ce 4 avril dans toute la France, à l'appel de sept syndicats, pour contester le projet de loi «sur l'école de la confiance», initié par Jean-Michel Blanquer. Ils en réclament la révocation ou l'abandon et dénoncent une «politique éducative rétrograde et libérale, conduite actuellement à marche forcée au mépris de leur expertise professionnelle». De nombreux blocages ou rassemblements devant des inspections et des rectorats ont eu lieu dans la matinée dans toute la France.

Les 25 articles et le millier d'amendements de ce texte voté le 19 février ont suscité l'opposition massive des enseignants, tant il remet profondément en cause le fonctionnement de l'institution. Ils étaient déjà 36 000 à défiler le 30 mars, venant des maternelles écoles primaires, collèges et lycées.

Le texte, qui passera devant le Sénat en mai, contient des intentions disparates, amenées à provoquer des changements à tous les niveaux du parcours scolaires. Le ministre de l'Education nationale est critiqué pour vouloir imposer ses lois en procédure accélérée, sans consultation.

Vers la disparition des petits établissements et de leurs directeurs ?

Les enseignants ont également tiré la sonnette d'alarme au sujet d'une des mesures phares du projet de loi, visant à remédier à la faible fréquentation de petits établissements ruraux. Elle prévoit la création d'«établissements publics des savoirs fondamentaux», qui rassembleront en une seule entité un collège et une ou plusieurs écoles du même secteur. Un principal prendrait sa tête, secondé par un adjoint sur le primaire.

Même si Jean-Michel Blanquer, dans une lettre adressée aux enseignants, leur a garanti le maintien de leurs fonctions, les enseignants redoutent que des postes de directeurs soient supprimés, et que des écoles en zone rurale ferment leur porte. Par ailleurs, au sein de ces nouveaux «établissements publics des savoirs fondamentaux», les professeurs craignent qu'il n'existe plus les référents pour les parents qu'étaient jusqu'ici les directeurs d'école.

L'école obligatoire dès trois ans... à la charge des municipalités 

L'instruction obligatoire à trois ans est une des nouvelles dispositions les plus contestées. Jusqu'ici, les enfants devaient entrer dans le système scolaire à l'âge de six ans au plus tard. Même si 98% des enfants sont déjà inscrits à l'école à trois ans, cette mesure obligera la municipalité à financer cette scolarité précoce aux maternelles privées. Les syndicats dénoncent ce «cadeau au privé», qui déparera les budgets alloués à l'éducation nationale.

Les enseignants s'élèvent en outre contre la réforme du baccalauréat, l'un des grands projets de Jean-Michel Blanquer. L'examen reposerait désormais à 40% sur le contrôle continu dont des épreuves communes organisées en première et en terminale, contre 60% pour les épreuves écrites finales et un grand oral. L'examen ne compterait plus que quatre épreuves contre 12 à 16 actuellement. De plus, les élèves suivraient un tronc commun de disciplines qui mettrait fin aux séries S, L et ES existant jusqu'ici, ainsi que des cours de matières de spécialisation. 

La philosophie de cette réforme vise, selon ceux qui la portent, à éviter le choix artificiel de la série scientifique pour être inscrit dans la meilleure classe, au détriment des appétences de l'élève ainsi que des séries ES et L qui n'attiraient pas les meilleurs élèves.

Outre la prise en compte du contrôle continu, qui pose la question des disparités de niveau entre établissements et donc de l'inégalité structurelle, les enseignants ont noté que les matières de spécialisations n'étaient pas disponibles dans tous les lycées. Les élèves devront soit changer d'établissement, soit aller dans un autre lycée pour y suivre les cours. 

Les syndicats s'opposent également à ce que, pour pallier aux problèmes de remplacement, des étudiants en train de passer leur concours puissent se voir confier des tâches au sein de l'Education nationale, allant jusqu'à l'enseignement. Et ce même s'ils n'en ont «ni la formation, ni le concours», selon le syndicat SNUipp. Les enseignants rejettent d'autres mesures, comme les sanctions qu'ils subiraient en cas de critique de l'institution sur les réseaux sociaux ou dans la presse.

Lire aussi : Interdit d'interdire : Réforme de l’Ecole de Jean-Michel Blanquer : le débat

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»