Indignation après une agression transphobe par des manifestants anti-Bouteflika

Indignation après une agression transphobe par des manifestants anti-Bouteflika© Capture d'écran @Twitter
Personne transgenre agressée à la manifestation anti-Bouteflika (image d'illustration).

Le 31 mars, à Paris, des manifestants anti-Bouteflika s'en sont pris à une passante transgenre. Mehdi Aïfa, président de l'Amicale des jeunes du refuge, déplore l'«importation» de violences transphobes survenant d'ordinaire au Maghreb.

Une vidéo d'agression transphobe, largement relayée sur internet, a provoqué l'indignation sur Twitter. On y voit une personne transgenre, qui déambulait place de la République le 31 mars vers 20h30, où se tenait un rassemblement anti-Bouteflika, s'y faire chahuter puis frapper par des manifestants.

Des manifestants, dont certains arborent le drapeau algérien, lui lancent d'abord en arabe des propos tels que «Viens chercher du chocolat», «ma petite friandise», tandis qu'un homme et une femme venus assister au rassemblement tentent de la dissuader de traverser la place et de lui venir en aide. La personne transgenre avance tout de même, et une pluie de coups s'abat alors sur elle, assénés par plusieurs hommes.

La victime, tétanisée, reste quasi-immobile. Une équipe de sécurité de la RATP surgit alors et intervient pour la protéger.

Les associations SOS Homophobie et l'Amicale des jeunes du refuge ont condamné ces violences. Certains responsables politiques ont également réagi, comme le maire de Paris, Anne Hidalgo, qui a souhaité que «les coupables de cet acte intolérable» soient «identifiés et poursuivis». 

Marlène Schiappa, la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, a qualifié cette agression d'«inadmissible» et appelé à traduire en justice ses auteurs.

Une enquête avait été ouverte par la police du 3e arrondissement le jour de l'agression, avant même la diffusion de la vidéo. Franceinfo a précisé qu'une personne avait été mise en garde a vue et relâchée depuis. La victime aurait confié à la chaîne d'info qu'elle a également été agressée sexuellement au cours de l'incident.

«Est-ce que la victime va porter plainte ? Les agressions contre les personnes transgenres sont fréquentes mais elles engagent rarement des poursuites», s'inquiète Mehdi Aïfa, président de l'Amicale des jeunes du refuge, interrogé par RT France. L'associatif estime que «cette sorte de scène arrive souvent dans les pays du Maghreb». «Quand on voit cette vidéo, on se dit que ça se passe en Algérie... Mais non, c’est en France, et c'est très frappant ! Heureusement que l'équipe de sécurité est intervenue car sinon, ça peut aller jusqu'au lynchage ou jusqu'au meurtre», juge-t-il.

Selon lui, ces agresseurs «reproduisent sur le territoire français des expressions de haine LGBTphobe qui ont souvent cours dans les pays du Maghreb».

«Seule une personne d'origine maghrébine comme moi peut comprendre que le même schéma est à l'œuvre dans ces pays, et peut se reproduire en France. Quelle est la motivation de ces agresseurs ? J'attends la personne qui va m’expliquer», observe-t-il.

Des propos transphobes ou homophobes sont tenus avec des justifications religieuses ou communautaires par ce type d'agresseurs

Pour Mehdi Aïfa, l'homosexualité est décriée dans les pays du Nord de l'Afrique, et il rappelle qu'elle est passible de prison en Algérie. Elle l'est d'ailleurs également au Maroc et en Tunisie. «Au Maghreb, un homosexuel est la honte de la communauté, il faut dire ce qui est. Il ne faut pas être à ce point là aveugle et noyer le poisson à propos d'une réalité, par peur d'être traité de raciste ou d’islamophobe : des propos transphobes ou homophobes sont tenus avec des justifications religieuses ou communautaires par ce type d'agresseurs», estime-t-il. «Mais dire ce genre de choses est condamné par une gauche aveugle et par une partie des associations de lutte contre l’homophobie qui n’ont pas le courage de dénoncer ces actes. Les gens n'ont pas le courage de nommer les choses, mais cela retombe sur les victimes. Par ailleurs, l'homophobie est plus virulente et plus agressive dans les quartiers sensibles, mais les gens veulent nier cette réalité», déplore-t-il.

Lire aussi : Castaner veut placer des référents LGBT dans les commissariats

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»