Affaire Benalla : Alexis Kohler dans la tourmente ?

Affaire Benalla : Alexis Kohler dans la tourmente ?© POOL Source: Reuters
Alexis Kohler, ici à la droite d'Emmanuel Macron (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

A contrario de ce qu'il a devant la commission du Sénat, Alexis Kohler a été informé par Alexandre Benalla des violences du 1er mai dès le lendemain. Le secrétaire général de l'Elysée était également au courant de la récupération illégale d'images.

Le secrétaire général de l'Elysée aurait menti lors de son audition devant la commission d'enquête du Sénat. Le Point, dans un article du 30 mars, affirme qu'Alexis Kohler a été informé dès le 2 mai 2018 par Alexandre Benalla des événements de la veille, notamment de ceux de la Contrescarpe.

Ce sont différents messages envoyés via WhatsApp, transmis par Alexandre Benalla à la justice mi-février, qui confirmeraient ces informations. Par cette messagerie, Alexandre Benalla avait également prévenu le 2 mai Alexis Kohler, qu'une vidéo de la scène tournerait sur internet, à la suite d'une situation qui a «dégénéré» : «Je ne me suis alors pas cantonné à mon rôle d'observateur et ai porté assistance aux policiers présents qui essayaient d'interpeller deux personnes ayant jeté des projectiles. La scène, assez violente, a été filmée et même si on ne m'identifie pas très nettement, je suis reconnaissable. Cette vidéo tourne actuellement sur les réseaux sociaux. Alexandre.»

Or, Alexis Kohler, proche d'Emmanuel Macron, avait assuré, lors de son audition devant la commission d'enquête du Sénat le 26 juillet 2018, avoir été mis au courant de l'existence de la vidéo par le conseiller en charge des réseaux sociaux et par Patrick Strzoda, directeur de cabinet d'Emmanuel Macron.

Le Point affirme en outre, qu'à la suite des révélations du Monde en juillet 2018 qui ont lancé l'affaire Benalla, Alexis Kohler aurait été mis au courant de la démarche d'Alexandre Benalla de se procurer illégalement les vidéos auprès de la préfecture.

Le 29 mars, Le Monde révélait que le conseiller spécial d'Emmanuel Macron, Ismaël Emelien, avait utilisé des comptes Twitter anonymes pour faire diffuser un vidéo-montage, à partir d'images obtenues illégalement. Son objectif était de relativiser l'action d'Alexandre Benalla sur la place de la Contrescarpe le 1er mai 2018.

Lire aussi : L'association Anticor dépose une troisième plainte contre le secrétaire général de l'Elysée

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix