Pour une majorité de Français, l'armée européenne serait une bonne idée

Pour une majorité de Français, l'armée européenne serait une bonne idée © Jean-Marc Loos Source: Reuters
Des soldats de l'Eurocorps devant le Parlement européen, à Strasbourg, en juin 2014 (image d'illustration).

Selon un sondage du Parisien, une majorité de Français seraient pour la création d'une armée européenne. La même enquête montre que les sondés perçoivent la Russie comme la menace numéro 1 à laquelle cette hypothétique armée devrait faire face.

L'institut Odoxa a publié ce 30 mars une enquête réalisée pour Le Parisien qui semble montrer qu'une majorité de Français seraient favorables à la création d'une armée européenne. Ce projet, notamment soutenu par Emmanuel Macron dans sa récente tribune européenne, susciterait en effet l'adhésion de pas moins de 62% des personnes interrogées.

L'étude apporte toutefois un éclairage intéressant quant à ce projet qui resurgit régulièrement dans le débat public sans toutefois aboutir à la moindre ébauche de concrétisation : une majorité de Français (60%) estime également que la création d'une éventuelle force armée européenne ne se produira pas dans les 10 ou 15 prochaines années. 

Si cette proposition est officiellement défendue par La République en marche (LREM), ses sympathisants n'en sont pourtant pas les plus ardents défenseurs. En effet, 73% d'entre eux la soutiennent, quand ceux du Parti socialiste (PS) sont 78% et ceux des Républicains (LR), 73%. Ces estimations semblent donc confirmer l'attachement des sympathisants des deux anciens grands partis français à l'approfondissement de l'intégration européenne.

De manière plus surprenante, les sympathisants des formations politiques pourtant plus critiques de l'Union européennes sont eux aussi majoritairement favorables à ce projet d'armée européenne. Ainsi, ceux de La France insoumise (LFI) sont 60% à l'envisager favorablement. Même les sympathisants du Rassemblement national (RN) l'approuvent à une courte majorité (51%).

La menace russe ?

L'étude conduite par Odoxa avait également pour objet de déterminer quelles sont les «menaces» auxquelles une éventuelle armée européenne serait confrontée dans l'hypothèse où elle viendrait à être mise en place. 

Ainsi donc, c'est la Russie qui semble être perçue comme la menace numéro 1, par 35% des Français, devant la Syrie (29%), la Corée du Nord (28%) et l'Iran (12%). A bien des égards, ces données semblent moins reposer sur des faits et des analyses précises que sur des convictions dont l'étude ne détaille pas les raisons, mais derrière lesquelles on ne peut s'empêcher de soupçonner une influence des préoccupations récurrentes des médias. A noter toutefois : 20% des personnes interrogées estiment que la plus grande menace pour l'UE sont les Etats-Unis. Du point de vue de la méthodologie, un large panel de pays était proposé aux sondés, laissant la possibilité de trois choix au maximum pour répondre à la question.

Lire aussi : «Armée européenne» alternative à l'OTAN ? «Positif» pour Poutine, «insultant» selon Trump

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»