Terroriste logé à l'hôtel : le maire d'Aurillac demande des comptes à Christophe Castaner

Terroriste logé à l'hôtel : le maire d'Aurillac demande des comptes à Christophe Castaner© Benoit Tessier Source: Reuters
Christophe Castaner, ici en décembre 2018.

Pierre Mathonier, maire d'Aurillac, n'a appris qu'au dernier moment la venue du plus ancien assigné à résidence de France, Kamel Daoudi, condamné en 2005. L'édile déplore un «fait accompli» dans une lettre adressée au ministre de l'Intérieur.

La venue de Kamel Douadi dans sa commune lui a été imposée, d'après le quotidien La Montagne en date du 22 février, et le maire d'Aurillac (Cantal) a fait part de son opposition. Dans un courrier, Pierre Mathonier a demandé des explications au ministre de l'Intérieur Christophe Castaner : «Depuis le 15 février dernier, Kamel Douadi, le plus ancien assigné à résidence de France, loge dans un hôtel aurillacois suite à une demande du ministère de l'Intérieur», affirme le maire.

Et l'édile de poursuivre, en parlant de «fait accompli» : «Si, deux jours avant son arrivée, madame le préfet du Cantal n'avait pas eu la délicatesse de m'informer de sa venue, j'aurais appris celle-ci par un article.»

Terroriste logé à l'hôtel : le maire d'Aurillac demande des comptes à Christophe Castaner
Document La Montagne.

Kamel Douadi, d'origine algérienne, ancien informaticien, a été condamné à 6 ans de prison en 2005 pour avoir projeté des attentats contre les intérêts américains à Paris. Né en 1974, arrivé en France à l'âge de cinq ans, il était parti au printemps 2001 dans les camps d'entraînement en Afghanistan, séduit par l'islamisme radical.

Soupçonné d'avoir préparé un attentat à la voiture piégée contre l'ambassade des Etats-Unis à Paris, il avait été interpellé en septembre 2001 au Royaume-Uni dans le cadre du démantèlement d'un groupe radical islamiste affilié à Al-Qaïda.

Il a été déchu de sa nationalité française et condamné en mars 2005 à neuf ans de prison et à l'interdiction définitive du territoire français. Sa peine avait été réduite en appel à six ans, mais la cour avait maintenu l'interdiction de territoire. Depuis sa sortie de prison, malgré cette interdiction, et l'obligation de chercher un pays d'accueil, il a été assigné à résidence dans de nombreuses communes. L'AFP précise en 2014 que ses «séjours» sont financés par des fonds publics.

A Aurillac, Kamel Douadi aura obligation de pointer deux fois par jour au commissariat de la ville, mais il restera libre de ses mouvements. 

Lire aussi : Le djihadiste Fabien Clain aurait été tué en Syrie, son frère serait grièvement blessé

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter