Affaire Benalla : Edouard Philippe tacle les recommandations «injustes» du rapport sénatorial

Affaire Benalla : Edouard Philippe tacle les recommandations «injustes» du rapport sénatorial © POOL Source: Reuters
Le Premier ministre Edouard Philippe, durant une conférence de presse le 9 janvier 2019 (image d'illustration).

Edouard Philippe a vertement critiqué le rapport de la commission des lois du Sénat sur l'affaire Benalla, qui épingle notamment l'exécutif. Pour le Premier ministre, les commissaires se sont livrés à «une appréciation très politique».

Le 21 février aux abords de Matignon, Edouard Philippe a réagi dans une courte vidéo au rapport accablant de la commission des lois du Sénat sur l'affaire Benalla. Un rapport qui, entre autres, s'inquiète de «dysfonctionnements majeurs» au sommet de l'Etat.

Edouard Philippe a critiqué l'«appréciation très politique» de la commission présidée par le sénateur républicain (LR) Philippe Bas. «Je n'en suis pas surpris», ajoute-t-il, se disant «un peu déçu». Le chef du gouvernement observe également des recommandations «incompréhensibles et souvent injustes» concernent «un certain nombre de fonctionnaires qui travaillent auprès du président et notamment le secrétaire général de l'Elysée [Alexis Kohler]». Ce dernier est soupçonné pour son pantouflage de possible conflit d'intérêts. Or, pour Edouard Philippe, nul doute, Alexis Kohler est «un grand serviteur de l'Etat».

Le Premier ministre défend la séparation des pouvoirs, sauf que...

Si le Premier ministre reconnaît que la commission d'enquête est «dans son rôle» en formulant des recommandations sur le fonctionnement du gouvernement – celui-ci étant «responsable devant le Parlement» – il se dit toutefois «un peu surpris» que ces recommandations «concernent explicitement [...] la présidence de la République et l'Elysée». Pour lui, «traditionnellement la séparation des pouvoirs fait qu'il n'appartient pas, ni à l'Assemblée nationale, ni au Sénat, de se prononcer sur l'organisation interne de la présidence de la République». Il rappelle également que la présidence de la République «ne se mêle pas de l'organisation interne» du Sénat. Léger problème : l'actuel locataire de l'Elysée Emmanuel Macron a été accusé, d'après des informations publiées par L'Obs en septembre dernier, d'avoir directement contacté le président du Sénat, Gérard Larcher, pour se plaindre des travaux de la commission des lois du Sénat.

La commission des lois du Sénat a pour sa part réagi en affirmant dans un communiqué avoir «scrupuleusement respecté» le principe de séparation des pouvoirs, soulignant que «la mission fondamentale du Parlement dans ses pouvoirs de contrôle [doit être] pleinement respectée»

Vers la «démocrature» ?

Au diapason de macronistes tels que la garde des sceaux Nicole Belloubet ou le ministre de la cohésion des territoires Jacqueline Gourault, Edouard Philippe atteste par ailleurs que l'affaire Benalla part d'une «dérive personnelle». Ni scandale politique, ni affaire d'Etat donc...

«La séparation des pouvoirs implique que le Parlement ou le gouvernement ne se saisisse pas du déroulement interne d'une procédure judiciaire» conclut Edouard Philippe, qui souhaite «l'indépendance du pouvoir judiciaire». Cependant, le ministre de la justice Nicole Belloubet a déjà été critiquée par le monde politique et judiciaire pour avoir outrepassé ses fonctions en devenant un «conseil juridique», voire une avocate d'Alexandre Benalla, lorsque celui-ci refusait de répondre aux questions des sénateurs.

Peu après la déclaration d'Edouard Philippe, le sénateur socialiste Patrick Kanner averti sur Public Sénat que «le Parlement et le Sénat n’a[vaient] pas à satisfaire ou décevoir monsieur Edouard Philippe». Il demande en outre au Premier ministre de «balayer devant sa porte» : «Si le gouvernement n’accepte plus que le Sénat soit un contre-pouvoir, il y a un danger et je dis : attention à la démocrature.» 

Le 20 février, la commission des lois du Sénat a rendu un rapport cinglant sur l'affaire Benalla. Ses membres ont demandé des poursuites judiciaires à l'encontre de l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron Alexandre Benalla notamment pour «faux témoignage», lors de ses auditions sous serment. L'Elysée a aussi été pointé du doigt, la sénatrice LR Muriel Jourda notant «l'incompréhensible indulgence de la hiérarchie d'Alexandre Benalla, qui a conservé dans l'équipe de l'Elysée un collaborateur qui avait gravement manqué à ses devoirs».  

Bastien Gouly

Lire aussi : «Dysfonctionnements majeurs», «incompréhensible indulgence» : le Sénat sévit sur l'affaire Benalla

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»