Selon Macron, si Louis XVI a «connu une telle fin», c'est parce qu'il avait «renoncé à réformer»

Selon Macron, si Louis XVI a «connu une telle fin», c'est parce qu'il avait «renoncé à réformer»© Geoffroy Van Der Hasselt Source: AFP
Emmanuel Macron le 21 janvier 2019 au sommet «Choose France» à Versailles.

Lors de son discours devant plus de 150 chefs de grandes entreprises à Versailles, Emmanuel Macron a livré une analyse historique : si Louis XVI et son épouse ont fini guillotinés, c'est parce qu'ils n'avaient pas assez réformé la France.

Alors que le président de la République, Emmanuel Macron, recevait plus de 150 patrons de grandes entreprises au château de Versailles le 21 janvier, jour anniversaire de l'exécution du roi Louis XVI, il a fait le parallèle entre la situation d'alors et celle d'aujourd'hui.

Evoquant le couple royal au destin tragique, il a affirmé : «S'ils ont connu une telle fin, c'est parce qu'ils ont renoncé à réformer.» C'est donc le refus du roi Louis XVI d’embrasser les réformes qui aurait conduit à sa décapitation il y a exactement 226 ans, a estimé le locataire de l'Elysée.

Le chef de l'Etat a ainsi repris à son compte la comparaison entre le contexte politique actuel – la mobilisation des Gilets jaunes contre l'exécutif – et les événements qui mirent fin à l'Ancien régime, à l'instar de certains membres de l'opposition.

Des gens qui contribuent, qui paient des impôts mais qui ne voient pas de progrès pour eux-mêmes

Environ 150 cadres, dont les PDG d'Uber, JPMorgan Chase ou encore Coca-Cola avaient répondu présent à Versailles. Des décisions d'investissements représentant plus de 600 millions d'euros ont été dévoilées à l'occasion de ce sommet «Choose France», le deuxième du quinquennat Macron. L'ancien ministre de l'Economie, de l'industrie et du numérique de François Hollande a notamment assuré aux dirigeants qu’il ne «reviendrait pas» sur ce qui a été fait «au cours des 18 derniers mois», à savoir notamment des réformes du travail et de la fiscalité décriées par les Gilets jaunes. Le président de la République a, à cette occasion, livré son analyse sur le profils des membres de cette mobilisation : «Des gens qui contribuent, qui paient des impôts mais qui ne voient pas de progrès pour eux-mêmes.»

Lire aussi : Drouet et son collectif dénoncent la «surdité» de Macron et demandent à être reçus à l'Elysée

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter