Gilets jaunes : devinez quelle «puissance étrangère» Schiappa soupçonne de financer les «casseurs» ?

Gilets jaunes : devinez quelle «puissance étrangère» Schiappa soupçonne de financer les «casseurs» ?© GONZALO FUENTES Source: Reuters
Marlène Schiappa, la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, à l'Assemblée nationale, à Paris, le 27 novembre 2018.

Marlène Schiappa dit vouloir vérifier que des puissances étrangères ne financent pas «les casseurs et les violences urbaines», en marge des manifestations des Gilets jaunes. Mais, de manière surprenante, la Russie n'est cette fois pas visée.

Sur France Inter, Marlène Schiappa, secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, était l'invitée du grand entretien de Nicolas Demorand et Léa Salamé le 10 janvier. A cette occasion, elle s'est demandé s'il n'y avait pas des «puissances étrangères qui finanç[aient] les casseurs et les violences urbaines dans Paris».

Marlène Schiappa a, par ce biais, expliqué pourquoi elle avait déclaré souhaiter savoir qui avait participé à la cagnotte Leetchi en soutien au boxeur Christophe Dettinger, qui s'en est pris physiquement à deux gendarmes lors de l'acte 8 des Gilets jaunes à Paris.

S'inspirant du principe bancaire du Know Your Customer qui consiste à «connaître et pouvoir identifier les personnes qui font des transactions financières», elle a expliqué : «je ne demande pas un tableur Excel avec les noms des donateurs de la cagnotte de Leetchi, ça ne me concerne en rien. La question que j'ai posée c'est : qui finance les casseurs ? Des puissances étrangères ? La question n'est pas incongrue, eu égard aux positions de responsables italiens.»

La raison de cette suspicion envers nos voisins cisalpins ? Les deux vice-présidents du Conseil des ministres et chefs des deux partis membres de la coalition au pouvoir italien ont en effet annoncé le 7 janvier que le gouvernement italien soutenait le mouvement des Gilets jaunes.

«Je soutiens les citoyens honnêtes qui protestent contre un président gouvernant contre son peuple», a ainsi affirmé le ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, patron de la Ligue (droite anti-immigration). L'homme fort du gouvernement italien a néanmoins fait savoir qu'il condamnait avec une «totale fermeté» la violence des dernières manifestations.

Le ministre du Développement économique, du Travail et des Politiques sociales, et chef du Mouvement 5 Etoiles (M5S) Luigi Di Maio, a de son côté lancé un «Gilets jaunes, ne faiblissez pas !» à l'adresse des manifestants français.

Lire aussi : Gilets jaunes : Marlène Schiappa veut signaler RT France auprès du CSA

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»