Gilets jaunes : Gérald Darmanin prône l'«ultra sévérité» en réponse à l'«ultraviolence»

Gilets jaunes : Gérald Darmanin prône l'«ultra sévérité» en réponse à l'«ultraviolence»© Philippe Wojazer
Gérald Darmanin (au centre), le 19 décembre 2018.

Après un acte 8 marqué par plusieurs violents épisodes, le ministre de l'Action et des Comptes publics bombe le torse, dénonçant ce qui serait selon lui l'«ultra-violence» des Gilets jaunes, et évoquant des «délinquants» et des «voyous».

Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin semble être en faveur de la fermeté plutôt que de l'apaisement. «Face à l’ultraviolence, il faut de l’ultra sévérité. Il faut que cela cesse», a-t-il lancé au micro de RTL ce 7 janvier, qualifiant les manifestants les plus violents de «délinquants» et de «voyous».

Le ministre s'en est également pris à l'opposition, notamment Jean-Luc Mélenchon, Laurent Wauquiez et Marine Le Pen, dénonçant un «silence coupable». «Ils se mettent en dehors de la République en étant soit silencieux soit complices», a-t-il encore martelé, reprenant des accusations par ailleurs formulées par Benjamin Griveaux.

Le 5 janvier, en marge de l'acte 8 des Gilets jaunes le secrétaire d'Etat et porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, qui se trouvait dans ses bureaux de la rue de Grenelle, a dû être exfiltré du bâtiment, plusieurs manifestant ayant enfoncé le portail au moyen d'un chariot élévateur.

Si le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a condamné les épisodes de violence, comme celui d'un ancien boxeur professionnel qui s'en est pris aux forces de l'ordre à Paris, il n'a pas commenté les agissements du commandant divisionnaire décoré Didier Andrieux, qui a frappé plusieurs personnes au visage lors d'une manifestation des Gilets jaunes à Toulon.

Lire aussi : Benjamin Griveaux : «Nous devons être encore plus radicaux dans nos méthodes»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter