Gilets jaunes soutenus par l'Italie : Paris assure ne pas «donner de leçons» à Rome. Vraiment ?

Gilets jaunes soutenus par l'Italie : Paris assure ne pas «donner de leçons» à Rome. Vraiment ?© Stefano Rellandini / Reuters ; Charles Platiau / Reuters
Passe d'armes à distance entre Matteo Salvini et Nathalie Loiseau ?
Suivez RT France surTelegram

Réagissant au soutien apporté aux Gilets jaunes par l'exécutif italien, le ministre français chargé des Affaires européennes a estimé que la France se gardait de «donner des leçons à l'Italie». Une remarque que Rome a qualifiée d'hypocrite.

Nathalie Loiseau n'a pas apprécié le récent soutien aux Gilets jaunes affiché par le gouvernement italien, qui appelait le mouvement à ne pas faiblir et précisait soutenir «les citoyens honnêtes qui protestent contre un président gouvernant contre son peuple». Alors qu'elle se trouvait ce 8 janvier à Bruxelles pour rencontrer ses homologues européens, Nathalie Loiseau, ministre française chargée des Affaires européennes, a appelé, devant les journalistes, le gouvernement italien à faire davantage preuve de «respect», soulignant le fait que les deux pays étaient «voisins, alliés et amis».

La France se garde de donner des leçons à l’Italie

Et de poursuivre : «Je pense que la priorité du gouvernement italien c'est de s'occuper du bien-être du peuple italien, je ne suis pas sûre que de s'intéresser aux Gilets jaunes a quoi que ce soit à voir avec le bien-être du peuple italien.»

Lire aussi : Le gouvernement italien exprime son soutien aux Gilets jaunes français

La veille, dans une publication sur son compte Twitter, Nathalie Loiseau avait estimé que «la France se gard[ait] de donner des leçons à l’Italie», encourageant Matteo Salvini et Luigi Di Maio, les deux vice-présidents du Conseil des ministres italien «à balayer devant leur propre porte».

Paris pas donneur de leçon ? «Hypocrisies», répond Rome

Des remarques qui n'ont guère plu à l'exécutif italien. «Que d'hypocrisies !», a lancé sur Facebook Luigi Di Maio, chef de file du Mouvement Cinq Etoiles (M5S), l'une des deux composantes de la majorité gouvernementale avec la Ligue de Matteo Salvini. «[Nathalie Loiseau] peut-être, ne se souvient pas du président Macron quand il nous comparait à la lèpre en parlant de notre gouvernement», a-t-il lancé.

Luigi Di Maio a conclu : «Le peuple français demande le changement et une meilleure prise en compte de ses exigences. Je ne peux pas ne pas partager ces souhaits.»

Quatre mois avant cette passe d'armes, Nathalie Loiseau, elle-même, n'avait pas hésité à tacler la politique nationale du gouvernement italien, affirmant que son voisin européen s'était désengagé de consultations citoyennes. Elle s'était aussi interrogée sur le fait que «des populistes auraient peur de donner la parole au peuple».

En outre, malgré l'intention affichée par Nathalie Loiseau de présenter la France et l'Italie comme des pays «voisins, alliés et amis», il est à noter que leurs relations bilatérales ont essuyé une série de tensions lors de récentes interférences françaises dans la politique italienne. Ainsi, le 12 juin 2018 en pleine crise de l'Aquarius, Emmanuel Macron avait dénoncé «la part de cynisme et d'irresponsabilité du gouvernement italien» alors que celui-ci avait refusé d'accueillir le navire et les 629 migrants qu'il transportait.

Lire aussi : Crise de l'Aquarius : 61% des Français désapprouvent les propos de Macron sur la décision italienne

Des relations franco-italiennes également entachées par des questions budgétaires. Le 20 mai 2018, le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire avait officiellement mis en garde l'Italie, n'hésitant pas à recadrer ouvertement le programme anti-austérité annoncé par le gouvernement italien à son peuple. «Si le nouveau gouvernement prenait le risque de ne pas respecter ses engagements sur la dette, le déficit, mais aussi l'assainissement des banques, c'est toute la stabilité financière de la zone euro qui serait menacée», avait-il déclaré.

Perçus comme illégitimes par Nathalie Loiseau, les propos du gouvernement italien sur la crise des Gilets jaunes ne seraient-ils au fond qu'une pique de Rome, en réaction aux différentes critiques émises par Paris sur sa politique nationale ?

Lire aussi : «Les Italiens d'abord !» : Matteo Salvini recadre Bruno Le Maire, qui avait mis Rome en garde

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix