«Les gens m'appellent Corinne dans la rue» : après le clash avec Zemmour, le dépit d'Hapsatou Sy

«Les gens m'appellent Corinne dans la rue» : après le clash avec Zemmour, le dépit d'Hapsatou Sy© Anne Christine Pouzoulat Source: AFP
Hapsatou Sy.
Suivez RT France surTelegram

Après un vif échange avec Eric Zemmour, qui jugeait que son prénom était «une insulte à la France» et que ses parents auraient dû la prénommer Corinne, Hapsatou Sy peine à tourner la page. En cause : les remarques des passants dans la rue.

C'est une des séquences médiatiques qui aura marqué l'année 2018. Sur le plateau des Terriens du dimanche, l'émission présentée par Thierry Ardisson, la chroniqueuse Hapsatou Sy avait eu une altercation avec le polémiste Eric Zemmour quant à son prénom et à son origine. Cette séquence télévisuelle semble avoir,  aujourd'hui encore, des répercussions pour la jeune femme.

Le 31 octobre dernier, Hapsatou Sy était l'invitée de Cyril Hanouna dans Touche pas à mon poste sur C8. Elle a expliqué que cette polémique lassait tout le monde, à commencer par elle. «Je me balade dans la rue, je me fais appeler par un prénom qui m'a été assigné par Eric Zemmour et pas le prénom que m'ont donné mes parents... Les gens m'appellent Corinne dans la rue, ils pensent que c'est sympathique», s'est-elle désolée. 

Sur le plateau de Thierry Ardisson, à qui elle a reproché de ne pas l'avoir soutenue avant de mettre un terme à sa collaboration avec lui, Hapsatou Sy avait essuyé une remarque d'Eric Zemmour qui jugeait que son prénom était une «insulte à la France». Il avait alors précisé qu'il lui semblait préférable de s'appeler Corinne.

«Je n'ai pas envie d'entretenir cette polémique, c'est un bad buzz. C'est un affrontement au départ, avec Eric Zemmour, que je ne pouvais pas laisser comme ça», a encore précisé la jeune femme. Elle a également porté plainte contre Eric Zemmour.

Les saillies controversées du polémiste lui ont valu de nombreux démêlés avec la justice. Eric Zemmour a été condamné le 3 mai 2018 par la cour d'appel de Paris à 5 000 euros d'amende pour provocation à la haine religieuse pour des propos tenus à l'égard des musulmans en 2016 dans l'émission C à vous. Pour d'autres, tenus sur France Ô en 2010, il a été condamné en 2011 à 2 000 euros d'amende avec sursis au chef de provocation à la discrimination raciale. Il avait déclaré à propos des employeurs qu'ils avaient «le droit de refuser des arabes ou des noirs».

Lire aussi : Quand Eric Zemmour «rêve» d'un Poutine français (VIDEO)

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix