Quand Eric Zemmour «rêve» d'un Poutine français (VIDEO)

Quand Eric Zemmour «rêve» d'un Poutine français (VIDEO)© Joël SAGET Source: AFP
Eric Zemmour est également un écrivain un succès

L'éditorialiste Eric Zemmour, au cœur d'une polémique pour ses propos sur l'origine des prénoms, n'a pas tari d'éloges sur l'actuel chef de l'Etat russe Vladimir Poutine. Il juge d'ailleurs qu'«il aurait pu être français».

En pleine promotion de son dernier livre, Destin français, le polémiste Eric Zemmour a été élogieux envers le président russe, Vladimir Poutine. Pour L'Opinion, à la question de savoir s'il rêvait d'un Poutine français, Eric Zemmour a répondu : «Oui j'en rêverais.» Toutefois, l'éditorialiste constate qu'«il n'y en a pas» et qu'il n'en voyait pas actuellement sur la scène politique française.

Interrogé le 18 septembre par le quotidien, Eric Zemmour a ajouté que Vladimir Poutine «aurait pu être français.» Il a d'ailleurs argumenté en ce sens : «Il prend un pays qui a été un empire, qui a été une grande puissance, qui est un empire en déclin, et il essaie de le redresser. On [la France] a connu cela après 1815.»

Eric Zemmour est au centre d'une controverse, après son passage dans l'émission Les Terriens du dimanche diffusée sur C8 le 16 septembre. Il avait qualifié le prénom de la chroniqueuse Hapsatou Sy, d'«insulte à la France» sur le plateau de l'émission, dans une séquence coupée au montage. Dans une séquence gardée au montage, Eric Zemmour avait également décrié le prénom «Hapsatou» et déclaré que la mère de la chef d'entreprise avait «eu tort» de l'appeler ainsi.

Il avait aussi proposé, par esprit taquin, de rebaptiser Hapsatou Sy, «Corinne». La jeune femme s'était plainte d'une «scène extrêmement violente» et d'une expérience «éprouvante».

Lire aussi : Patrice Quarteron soutient Zemmour et demande à Hapsatou Sy d'«arrêter de chialer» (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter