«Privatisation» de la sécurité ? Les forces de l'ordre niçoises en colère contre les maîtres-chiens

«Privatisation» de la sécurité ? Les forces de l'ordre niçoises en colère contre les maîtres-chiens© Régis Duvignau Source: Reuters
Blason de la police municipale (image d'illustration).

Un syndicat de police alerte sur une privatisation des missions de police après que la ville de Nice, dirigée par Christian Estrosi, a décidé de compléter la présence policière de certains quartiers avec une société embauchant des maîtres-chiens.

La ville de Nice a annoncé le 24 octobre «la mise en place d’un dispositif de maîtres-chiens pour compléter la présence de la police municipale et les interventions de la police nationale», invoquant la nécessité de «réduire les incivilités» dans cinq secteurs de la ville, pour «une période d’un mois et sur une plage horaire déterminée». Le maire Christian Estrosi a déclaré à cette occasion : «Je souhaite avec ce dispositif compléter l'action des forces de l'ordre avec des relais et des actions différenciées au service du bien-être des Niçois»... et de mentionner «sur certains créneaux, l'appui d'agents de sécurité privés accompagnés d'auxiliaires canins».

Mais les policiers de la ville ont pris ombrage de cette incursion du secteur privé dans leur travail. Cédric Michel, président du syndicat de défense des policiers municipaux (SDPM), a ainsi rappelé : «La sécurité publique doit rester dans la sphère publique et relever d'une autorité publique.» Et d'ajouter : «Dans la rue, les agents de sécurité privée sont des citoyens lambda, sans aucun pouvoir de police. Où va-t-on si on leur donne le droit de dire à des gens "Dégagez de là", on est en train de privatiser la police, c'est gravissime.»

Dans un communiqué, Patrick Allemand, opposant socialiste de la mairie, a aussi dénoncé «un pas vers la privatisation de la sécurité», et a estimé que cette mesure était «d’autant plus incompréhensible» que la police municipale de Nice avait les effectifs les plus élevés de France, disposant de 2 173 caméras de vidéosurveillance».

Ultimatum : le 25 octobre, le syndicat représentant les policiers municipaux a envoyé un recours administratif au préfet afin de réclamer l'abrogation sous 72 heures de cette autorisation accordée à la ville et a averti : «A défaut, nous engagerons une requête en annulation, en urgence, devant le tribunal administratif.»

Lire aussi : Jambon a-t-il fait appel à l'armée pour encadrer des sommets à Bruxelles face à la grogne policière ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»