«Quand c'est Charlie Hebdo, on a le droit à la satire» : Michel Onfray défend sa «Lettre à Manu»

«Quand c'est Charlie Hebdo, on a le droit à la satire» : Michel Onfray défend sa «Lettre à Manu»© CHARLY TRIBALLEAU Source: AFP
Michel Onfray en 2010.

Michel Onfray plaide l'humour après le tollé qu'a provoqué son dernier pamphlet anti-Macron publié sur son blog. Ses détracteurs dénoncent un texte à la teneur homophobe mais le philosophe soutient que la satire n'a pas de frontières.

Invité sur le plateau de BFMTV le 7 octobre, Michel Onfray a défendu son droit à la «satire» et à «l'humour», face aux nombreuses réactions provoquées par une tribune publiée sur son blog et intitulée «Lettre à Manu sur le doigté et son fondement».

Dans cette lettre ouverte, volontiers grossière, Michel Onfray développe sa vision des rapports entretenus par Emmanuel Macron avec «ceux qui [lui] font savoir leur amour d'une façon qui ne prête pas à confusion». «Il faut t'enlacer torse nu pour te plaire, essuyer sa transpiration sur ta chemise blanche et passer plus de temps en salle de sport qu'en bibliothèque», a-t-il écrit au chef de l'Etat, faisant référence à une photographie du président en compagnie d'«un beau black, bodybuildé en prison et luisant de sueur tropicale» qui avait déclenché une vive polémique. Dans ce contexte, une interview que Michel Onfray devait accorder à France 5 a été annulée.

On ne peut d'un côté dire "je joue au Général de Gaulle" et laisser passer des choses comme ça. Vous imaginez le Général de Gaulle avec quelqu'un qui ferait un doigt d'honneur ?

Michel Onfray ne semble pas près pour autant de renoncer à son opposition virulente au président de la République, quelle que soit la forme prise par celle-ci. «A un moment donné, est-ce qu'on peut avoir un regard critique sur un président de la République qui nous fait savoir qu'il est un président jupitérien [...] et qui régulièrement fait la démonstration qu'il n'est pas Jupiter du tout ?», a-t-il lancé sur BFTMV ce 7 octobre. Et de préciser : «Il consent à ce selfie. On ne peut d'un côté dire "je joue au Général de Gaulle" et laisser passer des choses comme ça. Vous imaginez le Général de Gaulle avec quelqu'un qui ferait un doigt d'honneur ?»

Quand c'est Charlie Hebdo, quand c'est Siné Hebdo, quand c'est le Canard enchaîné ou quand ce sont les comiques de France inter, on a le droit à la satire. Pourquoi les philosophes n'auraient-ils pas le droit ?

Quant aux accusations d'homophobie qui ont été formulées à son encontre après la publication de sa lettre ouverte, le philosophe se défend en ces termes, invoquant le droit à la satire : «Homophobie me dit-on. Mais je rêve ou quoi ? Est-ce que depuis tant de temps, j'ai écrit tellement de choses depuis 1989, est-ce qu'il y a un livre, une phrase qui permette de dire que je suis homophobe ? [...] Quand c'est Charlie Hebdo, quand c'est Siné Hebdo, quand c'est le Canard enchaîné ou quand ce sont les comiques de France inter, on a le droit à la satire. Pourquoi les philosophes n'auraient-ils pas le droit ?»

Opposé au mariage homosexuel et à la théorie du genre, Michel Onfray, qui se revendique épicurien et libertaire, n'a jamais exprimé d'opinions hostiles aux homosexuels dans ses œuvres. Il y a un an, il proposait une «généalogie de l'homosexualité», renvoyant dos à dos «homophilie» et «homophobie», refusant d'aborder cette question sur le terrain de la morale.

Lire aussi : «Il faudrait que ce petit garçon devienne un adulte» : quand Michel Onfray recadre Emmanuel Macron

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter