«An II du quinquennat» : le remaniement s'annoncerait plus large que prévu

«An II du quinquennat» : le remaniement s'annoncerait plus large que prévu© LUDOVIC MARIN / Source: AFP
Le président français Emmanuel Macron discute avec le Premier ministre Edouard Philippe en conseil des ministres à l'Elysée, le 5 septembre 2018 à Paris.

Le remaniement gouvernemental qui doit être annoncé en début de semaine s’annoncerait plus important que prévu. Affaibli par les démissions en cascade et les multiples affaires, l’exécutif se voit contraint de modifier plus largement son équipe.

Prévu le 8 ou le 9 octobre, le remaniement gouvernemental s’annonce plus important que prévu. Alors qu’elle devait se limiter au remplacement du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, l’opération délicate pilotée par Edouard Philippe et Emmanuel Macron concernerait d'autres portefeuilles ministériels. La faute à un exécutif particulièrement affaibli par l’affaire Benalla et les démissions successives de plusieurs ministres.

Avant Gérard Collomb, Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire, avait décidé le 28 août de quitter le navire gouvernemental, dénonçant les «lobbies dans les cercles du pouvoir». Une allusion, à la présence de Thierry Coste, dirigeant de la société Lobbying et Stratégies, lors d'une réunion sur la chasse à l'Elysée. Autre départ du gouvernement qui a particulièrement perturbé la rentrée de l’exécutif, celui du ministre des Sports Laure Flessel. L’ancienne championne olympique a quitté le gouvernement pour «raisons personnelles». Selon Mediapart, néanmoins, la démission de la ministre serait en réalité liée à des démêlés fiscaux. Une série de défections qui, de l’aveu même du président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand doit contraindre l’exécutif à impulser un «nouveau souffle» … qui tarde se faire sentir.  

Mais pour le porte-parole du gouvernement Benjamin Grivaux, la prise de décision tardive de l'exécutif est amplement justifiée. «J’assume totalement ce temps long, parce que nommer un ministre de l’Intérieur, ça n’est pas une petite fonction dans l’appareil d’Etat […] Depuis le premier jour, dans ce gouvernement, on prend des gens compétents. Pas parce qu'ils ont telle étiquette politique, pas parce qu'ils vous ont soutenu à un congrès obscur il y a quinze ans, pas parce qu'au fond il serait votre inféodé», a-t-il justifié ce 7 octobre sur France Inter.


Françoise Nyssen et Muriel Penicaud sur la sellette ?

Si le remplacement de l’ex-locataire de la place Beauvau monopolise l’attention médiatique, celui de plusieurs autres ministres, dans le collimateur de la justice, serait également à l'ordre du jour. Parmi eux figure Françoise Nyssen : l’actuelle ministre de la Culture est visée depuis le 23 août dernier par une enquête judiciaire pour déterminer si les travaux d'agrandissement du siège d'Actes Sud, la maison d'édition qu’elle a dirigée, respectent le code de l'urbanisme. Dans le cadre de l’enquête, une équipe de la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) était venue le 29 août dernier effectuer des «constatations» dans les locaux.  

Autre personnalité du gouvernement fragilisée par une enquête judiciaire : la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Après avoir été entendue par les juges le 22 mai dans le cadre d'une enquête sur le déplacement controversé qu'elle avait organisé au profit du chef de l’Etat, alors candidat à la présidentielle, elle avait été placée sous le statut de témoin assisté. Si elle avait évité une mise en examen dans cette enquête pour «favoritisme et recel de favoritisme», l’affaire avait agité la classe politique et placé le gouvernement dans une position particulièrement inconfortable.

Lire aussi : Affaibli dans les sondages, Gérard Collomb ne veut pas de l'étiquette LREM aux municipales à Lyon

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»