Plan pauvreté : au plus bas dans les sondages, un pas à gauche pour Macron en vue des européennes ?

Plan pauvreté : au plus bas dans les sondages, un pas à gauche pour Macron en vue des européennes ?© LUDOVIC MARIN Source: Reuters
Le prince Naruhito du Japon, Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron au Palais de Versailles le 12 septembre

Le président de la République française réussira-t-il à se défaire de l'étiquette de président des riches avant l'échéance des élections européennes de 2019 ? Au plus bas dans les sondages, le gouvernement lance son très attendu plan pauvreté.

Avec quelques mois de retard, Emmanuel Macron a dévoilé ce 13 septembre le plan pauvreté qui était annoncé pour juin 2018. Un couac d'agenda notamment dû à la Coupe du monde de football, le gouvernement ne souhaitant pas que l'annonce passe inaperçue.

Au plus bas dans les sondages, et éreinté par un été qui ne lui a pas été favorable, le «président des riches» comme il est parfois surnommé, trouverait-t-il le mois de septembre plus approprié pour décrire les grandes lignes de ce projet qui constitue un pas à gauche, s'agissant de la politique qu'il a menée jusqu'à présent ? 

S'exprimant depuis le musée de l'Homme, Emmanuel Macron a en tout cas dévoilé son «plan ambitieux» de lutte contre la pauvreté, au coût annoncé de huit milliards d'euros : revenu universel d'activité, cantines à un euro, coup de pouce aux crèches en province et couverture maladie universelle étendue à plusieurs millions de personnes... Mais ces mesures suffiront-elles à convaincre l'opinion publique d'un cap plus social quelques mois avant l'échéance des élections européennes qui se dérouleront le 26 mai 2019 ?

Les Français seront-ils convaincus ?

En tout cas, le chemin sera long. Ces derniers mois du mandat présidentiel ont été marqué par les affres de l'affaire Benalla, les avanies de la vaisselle de l'Elysée et de la piscine de Brégançon, et des petites phrases révélatrices de l'état d'esprit du chef d'Etat, à l'instar de sa sortie sur «le pognon de dingue» que coûteraient les minima sociaux à la France.

En outre, concernant la grande annonce du jour, qui donnerait presque des airs de Benoît Hamon à Emmanuel Macron, il semblerait que le revenu universel d'activité ne corresponde pas exactement à l'idée socialiste d'un revenu universel : il s'agirait en fait de fusionner les prestations sociales, du RSA aux APL et de les soumettre à un «contrat d'engagement» de la part du bénéficiaire. Mais les contours de ce pacte prévu pour 2020 restent encore à définir.

Enfin, le problème de la pauvreté s'avère particulièrement important dans le pays. Le 11 septembre, le Secours populaire, associé à Ipsos, dévoilait sa dernière étude sur la précarité en France qui rappelait que huit millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté en France. Selon cette étude, 21% des sondés déclarent ne pas être en mesure de s’offrir une alimentation saine leur permettant de faire trois repas par jour et 19% d'entre eux éprouvent des difficultés à payer la cantine de leurs enfants. 39% des Français estiment par ailleurs avoir connu une situation de pauvreté. Ils étaient 2% de moins en 2017.

Lire aussi : L'annonce du plan pauvreté suspendue à une victoire de la France ? «Peut-être», selon Buzyn

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter