«On va b***** ta femme comme dans la chanson» : les confessions de Booba et Kaaris en garde à vue

«On va b***** ta femme comme dans la chanson» : les confessions de Booba et Kaaris en garde à vue© Dominique FAGET, Loïc VENANCE Source: AFP
Image d'illustration : Booba à gauche, Kaaris à droite

Après leur violente rixe à l'aéroport d'Orly, les rappeurs Booba et Kaaris, respectivement âgés de 41 et 38 ans, ont dû expliquer leurs actes face aux enquêteurs. L'un comme l'autre ont nié être à l’origine du pugilat, qu'ils affirment regretter.

Au soir de la rixe à l'aéroport d'Orly entre Booba et Kaaris, deux poids lourds de la scène du rap français, le 1er août, les enquêteurs ont recueilli les versions des deux protagonistes. Le Parisien a publié ce 4 août plusieurs déclarations retenues par la police lors de la garde à vue des rappeurs.

C’est une mauvaise idée de faire ça dans un aéroport

Les deux hommes, âgés de 41 et 38 ans, ont entre autres exprimé leurs regrets. «Avec tout ce qui se passe, Vigipirate, les attentats, les militaires, c’est une mauvaise idée de faire ça dans un aéroport. La preuve, on est tous en cellule», a confessé Elie Yaffa, alias Booba. «Je regrette que ça soit arrivé […] Je fais la différence entre la violence du rap et ma vie réelle, qui est celle d’un père de famille qui s’occupe des siens», a de son côté affirmé Okou Gnakouri, plus connu sous son nom de scène : Kaaris.

Booba et ses amis ont avancé vers nous en nous disant "Lève-toi salope, on va baiser ta femme comme dans la chanson"

Par ailleurs, chacun des deux hommes a pointé le caractère provocateur de l'autre : «Booba et ses amis ont avancé vers nous en nous disant : "Lève-toi salope, on va baiser ta femme comme dans la chanson" […] J’ai répondu en disant : "Je suis là"», explique ainsi Kaaris. «Il était debout et me fixait […] J’appelle ça de l’intimidation», rapporte de son côté Booba. Le rappeur originaire du 92 confesse toutefois avoir fait le premier pas en direction de Kaaris, estimant la démarche nécessaire pour «contourner» son rival. il explique également avoir reçu «un projectile sur l’oreille droite», une information invérifiable sur les vidéos de l'événement, selon Le Parisien.

Il y a eu des vidéos où il me menaçait, où il annonce clairement que lorsqu’il me verra seul en vrai, il m’enculera, me brisera les os et boira mon sang

Ces scènes de violence ont donné lieu à l'interpellation de 11 hommes au total. Booba et Kaaris sont pour l'heure respectivement incarcérés dans les prisons de Fleury-Mérogis et de Fresnes, leur procès est prévu pour septembre.

Les deux rappeurs nourrissaient un différend de longue date, entretenu par des échanges interposés. Lors de sa garde à vue, Booba a mis en avant les menaces proférées par son rival dans le passé : «On a des antécédents, des clashs sur les réseaux sociaux. [...] Il y a eu des vidéos où il me menaçait, où il annonce clairement que lorsqu’il me verra seul en vrai, il m’enculera, me brisera les os et boira mon sang. Tout y est !». Kaaris a minimisé la teneur de ces propos, estimant : «Je suis un acteur, j’ai dit des choses que je ne pensais pas.»

Lire aussi : Le rappeur Rohff écope de cinq ans de prison pour violences dans une boutique de son rival Booba

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter